Souvenir d'un aide-livreur chez Darty

Publié le par Matthieu C.

Après la station service (et les toilettes propres, les portugaises et les sandwichs), j'ai travaillé chez Darty. J'étais aide-livreur. Le livreur conduit le camion, téléphone aux clients et installe les appareils commandés, l'aide-livreur porte la caisse à outil, lit la carte et fume dans le camion. Bien sûr, les deux déchargent les appareils. Ah oui! L'aide-livreur fait aussi le ménage dans le camion et sur le quai.

Quand je suis rentré, j'étais donc aide-livreur. Et je crois que c'est avec un livreur appelé Jérôme que j'ai su ce qu'était vraiment la poisse. Avec Jérôme, on était toujours en retard dans les livraisons, pour deux raisons: parce que Jérôme était trop gentil (ce garçon était la gentillesse incarnée), et faisait des trucs qu'on n'avait pas à faire, et surtout parce que ce garçon avait la poisse qui lui collait à la peau. Un jour, on a commencé à 7h30 (comme d'hab), on ne s'est pas arrêté pour manger, et on a fini à 20h30. Bien évidemment, aide-livreur chez Darty c'est payé 35 heures par semaine, point. Pas question d'heures supp. Si t'es trop lent, c'est pour ta gueule. Bref.

Une fois, je me souviens qu'on a livré une télé chez une folle. Elle s'est mise à gueuler parce qu'il manquait un câble pour l'installation, et à nous insulter. Elle a crié sur Jérôme, qui ne disait rien. C'est pour ça que je me suis légèrement emporté, et que je lui ai demandé de baisser le ton. Elle m'a alors regardé, et a sifflé: "Mais vous, vous… Vous j'ai envie de vous gifler". Cette femme m'a ensuite accusé d'être un démon, puis a feulé « vous, je vous maudit ».

Je me souviens aussi d'une petite vieille toute folle, qui criait dès qu'on lui livrait quelque chose. Et elle se faisait livrer souvent. Dès que vous posiez le pied chez elle, elle vous hurlait dessus de faire attention. Evidemment, une fois, j'ai bugné la machine à laver contre le mur. La vieille folle a aussitôt levé la main pour me gifler (je dois avoir une tête à claques), mais elle s'est arrêté, elle s'est contenté de me traiter de con et d'autres noms charmant.

Y'avait aussi un livreur anglais qui s'appelait Philippe. La cinquantaine, il ne pensait qu'au fric et au cul. Un jour, il me raconte qu'avec sa femme, ils regardaient la télé, un film dans lequel une femme fouettait un homme. Il a eu cette conclusion:
"Et après, je beaucoup baisé mon femme".

Je me souviens aussi de ces gens odieux qui nous prenaient pour leurs domestiques. Je me souviens aussi de ce type, qui vivait avec un autre homme, qui, après m'avoir rassuré quant à ma force et à mon intelligence, m'a demandé si je ne souhaitais pas prendre une douche. Aussi tous ces connards qui commandent des frigos américains (qui pèsent tous plus de 100 kilos), sans mesurer avant, ce qui fait que le frigo ne rentre pas dans la maison. Je me souviens avoir monté 8 étages à pied, à Montélimar au mois de juillet, parce que le frigo américain ne passait pas dans l'ascenseur, et que le livreur avec qui j'étais ne voulais pas démonter les portes pour pas perdre de temps. Arrivé en haut, le frigo ne rentrait pas dans la cuisine, il a fallu… démonter les portes.

Y'avais enfin ce type dans une maison de retraite à qui on a livré un petit frigo. Il avait alerté tous les pensionnaires, pour montrer qu'on lui livrait quelque chose, à lui. Et il nous ensuite raccompagné jusqu'au camion, fier de montrer que les livreurs étaient venus pour lui.

Après, je suis devenu livreur.

Matthieu

Publié dans Souvenirs d'un...

Commenter cet article

Mélisse 13/02/2005 17:21

Bin moi je veux bien un frigo américain, un fanta orange, une télé, un Mc Chicken avec une grande frite, et si tu veux on ira prendre une douche après. *Commande annulée, veuillez réitérer votre demande ultérieurement* "Mais pourquoi ???" :'(

yaelz 12/02/2005 18:16

Matthieu, quand tu nous racontes tes mesaventures de livreurs/fossoyeur/nettoyeur, j'ai envie de t'embrasser, malgre ta tete a claques...

Matthieu 12/02/2005 15:09

SENIO > C'était facile de vite grimper les échelons, c'était l'été, il n'y avait pas beaucoup de monde.
LAFEEBLEUE > Des fois, je trouvais que ca ressemblait plutôt à un cauchemar !
NICOLAS > Ben fallait bien vivre.

nicolas 12/02/2005 14:43

quelle vie , mon ami ,existe il un job que tu n'as po fait ?
bravooo :)

Lafeebleue 12/02/2005 13:31

Ca fait rêver...