Un petit feu de toi qui s'éteint pas

Publié le par Matthieu C.

N'oubliez pas de mettre en route la musique, c'est mieux pour l'ambiance...


Si TF1 et France 2 le disent, c’est que ça doit être vrai : la grippe aviaire est aux portes de chez nous, elle va venir jusque dans nos bras, égorger nos fils nos compagne. Donc, de ce côté-là, j’ai pas grand-chose à craindre. Mais pour parler de moi, tant qu’à faire, je préfèrerais ne pas mourir de la grippe aviaire. Mais si toutefois je devais absolument l’avoir et en mourir, je voudrais être le premier. Pour avoir droit à mon quart d’heure Andy Warhol moi aussi. Et comme on ne sait jamais ce qu’écrivent les journalistes une fois qu’on est mort, j’ai préparé l’article qui pourra paraître dans les plus grands quotidiens nationaux (oui, inutile de me foutre un article dans "le progrès de Guéret").

 
 

UN PETIT FEU DE TOI QUI S’ETEINT PAS.

 

C’est une foule nombreuse, émue et remplie de chagrin qui se pressait devant Notre Dame de Paris pour les obsèques de Matthieu C. Fidèle à lui-même, il avait tenu à tout planifier, et cette cérémonie merveilleuse, sobre et émouvante s’est donc déroulée comme il l’avait prévu. Et comme il l’avait voulu. 


Chacun sait qu’il ne souhaitait pas de cérémonie religieuse, mais qu’il avait tout de même choisi Notre Dame de Paris pour faire ses adieux aux célèbres et anonymes qui l’affectionnaient tant, aux milliers de personnes qui se donnaient chaque jour rendez-vous sur son blog, où il n’avait pas son pareil pour nous amuser, nous divertir et nous faire réfléchir. Cette cérémonie marquera à jamais les esprits, une cérémonie où tous ceux qui l’ont côtoyé ont reconnu son humour, sa modestie, son talent et son génie.

 

L'arrivé du cortège funèbre s'est effectuée au son de l'adagio d'Albinoni. Une fois le cercueil dans la nef déposé, Jean-Jacques Goldman a interprété « Puisque tu pars », uniquement accompagné par l’orgue de la cathédrale. La foule qui n’avait pu entrer était massée dehors, suivant la retransmission sur écran géant. Pendant la chanson, on a pu remarqué que Catherine Deneuve avait été obligée de s’asseoir, terrassée par le chagrin. Dans sa longue robe jaune pâle, elle ressemblait à une aquarelle de Marie  Laurencin.

 

La cérémonie devait être rythmée par des chansons magnifiquement interprétées par leurs interprètes originaux ; après Goldman, Adamo est venu chanter « Tombe la neige », et alors qu’il terminait, chacun pouvait sentir le froid de la neige au fond de son cœur.

Le ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy a ensuite pris la parole pour célébrer le courage dont a fait preuve Matthieu, en se sacrifiant pour permettre aux français d’obtenir rapidement un vaccin. Il l’a ordonné chevalier de la légion d’honneur à titre posthume, l’a décoré de l’ordre national du mérite, et, n’oubliant pas qu’il avait deux étés de suite ramassé des pêches, de l’ordre u mérite agricole, avant de lui remettre les palmes académiques pour son œuvres bloguesque.

 

Un discours du Ministre de l’intérieur haché par l’émotion et par la peine, ainsi que par une douleur sincère. Sincère comme l’a été ensuite l’interprétation de Liane Foly, qui a chanté a capella « la vie ne m’apprends rien ».

L’homélie de l’archevêque  Mgr Vingt-Trois fut remarquée, de même que son analogie entre la mort du Christ et celle de Matthieu, qui a livré sa vie afin que les français aient non pas la vie éternelle, mais le vaccin qui les sauverait. Monseigneur Vingt-Trois a ensuite lu un message du pape invitant chacun à méditer l’exemple de Matthieu, qui restera, a dit le pape, LA figure christique de ce début de 21ème siècle.

 

Karine Viard, émue aux larmes, a tout de même respectée la dernière volonté de Matthieu, et a interprété « Ma plus belle histoire d’amour, c’est vous », ne parvenant pas à prononcer les derniers mots de la chanson, la voix brisée par les sanglots.

Puis, la cérémonie terminée, alors que chacun sortait de l’église en conservant la petite lumière laissée par Matthieu, la chorale de l’église a entonné « The Queen is dead », mettant un terme à la cérémonie qui a couronné la vie de celui qui s’est sacrifié pour nous. Et tandis que je rentrais chez moi, je gardais en tête des paroles de la chanson que Jean-Jacques Goldman a interprété juste avant l’homélie de l’archevêque :

« Ca restera comme une lumière

Qui m’tiendra chaud dans mes hivers

Un petit feu de toi
Qui s’éteint pas »
 

Et le petit feu de Matthieu ne s’éteindra pas. Nous y veillerons.

 
Anne Fulda.
 

Publié dans C'est pas drôle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ZEr0rama 01/11/2005 19:40

Resquiescat in pace.....
Mais la paix sent des aisselles par moment.....

Matthieu 01/11/2005 19:38

Tempete > C'est vrai ? Et elle fait quoi ? Mais j'ai le temps, c'est pas demain non plus que je vais mourir.

Epictete > Ben attend, je suis pas encore mort, et de toutes façons, je veux me faire incinérer.

Bee Human > Je veux pas dénoncer, mais je sens que y'en a un qui va être interdit d'obsèques !!!

Bee_human 01/11/2005 18:34

Et pourquoi, t'aimes pas Arielle Dombasle ?
Une oraison de BHL, alors ?

;-)

saoul-fifre 01/11/2005 18:32

Epictete< Sans commentaires.

epictete 01/11/2005 17:10

Il est enterré où Matthieu?
J'veux la photo du mausolée pour mon blog!