Explication de texte: Une femme (une vraie) avec toi

Publié le par Matthieu C.

Comme d'habitude, vous avez le choix entre écouter la note en cliquant sur l'onglet lecture ci-dessous et la lire sous Firefox


A écouter, sous IE


Je fréquentais alors des hommes un peu bizarres
Aussi légers que la cendre de leurs cigares

C’est une image. Nicole Croisille n’est pas sorti pour de vrai avec des soudanais anorexiques, c’est pour la poésie qu’elle utilise cette comparaison.

Ils donnaient des soirées au château de Versailles
Ce n'étaient que des châteaux de paille

Là encore, c’est une image. Nicole Croisille ne passait pas des soirées dans des meules de foins avec des soudanais anorexiques. Par tous ces symboles de légèreté, elle veut souligner la superficialité de sa vie avant la rencontre avec l’être aimé.

Et je perdais mon temps dans ce désert doré
J'étais seule quand je t'ai rencontré
Les autres s'enterraient, toi tu étais vivant

C’était terrible les soirées avec Nicole Croisille. Quand ils la voyaient arriver, les hommes préféraient s’enterrer vivant plutôt que de passer la nuit avec elle. Heureusement, l’être aimé est arrivé, et il ne voulait pas mourir comme Antigone.

Tu chantais comme chante un enfant
Tu étais gai comme un italien

Nicole Croisille a tenté de lancer une nouvelle expression. Mais ça n’a pas pris, les gens ont préféré « pédé comme un phoque » à « gai comme un italien »

Quand il sait qu'il aura de l'amour et du vin
Et moi, pour la première fois,
Je me suis enfin sentie...
Femme, femme, une femme avec toi (bis)
Oui, Nicole Croisille veut exprimer par ces cris quasiment insoutenables qu’elle n’avait jamais réellement connu le plaisir avant. Et pourtant, c’est une féministe engagée, mais les joies des orgasmes vaginaux et clitoridiens lui étaient refusées. Maintenant, elle va mieux, merci pour elle.


Tu ressemblais un peu à cet air d'avant
Où galopaient des chevaux tout blancs

En fait, avant de faire chanteuse, Nicole Croisille était palefrenière en Camargue dans un haras où ne se trouvaient que des chevaux albinos. Et un des chevaux avait la tête de l’homme gai comme un italien.

Ton visage était grave et ton sourire clair
J'ai marché tout droit vers ta lumière
Aujourd'hui quoi qu'on fasse nous faisons l'amour
Elle est comme ça Nicole Croisille, passionnée. Quoi qu’elle fasse, elle fait l’amour. Quand elle achète ses 12 rouleaux de PQ à Lidle, elle croit qu’elle fait l’amour ! Pareil quand elle va poster sa déclaration de revenus à la poste ! Quelle femme cette Nicole Croisille !

Et près de toi le temps paraît si court
Parce que tu es un homme et que tu es gentil
Que tu sais rendre belle la vie

Si un homme est gentil, le temps passe plus vite. C’est du moins ce qu’exprimait Kierkegaard et que reprend Nicole Croisille dans cette analyse poussée à propos du temps.

 

Comme quoi, Pierre Delanoë (qui a écrit les paroles en français) est à la chanson ce que Bertrand est à la politique…

 

Matthieu

Publié dans podcast

Commenter cet article

Eric Le Vert 26/11/2005 02:21

Lorie se drogue ? Ah ,ben je comprends mieux ...

Eric_M 25/11/2005 19:37

lol eh ben moi aussi je suis gai comme un italien ... quoi qu'on fasse ;)

Matthieu C. 25/11/2005 19:47

Et dieu sait que les italiens sont gais !!!

matthieu 25/11/2005 17:31

ERIC LE VERT > Des chansons anglaises ? Mais je parle pas anglais ! Et Nicole Croisille, on l'aime surtout pour la profondeur de... ses textes non ?

MANOU > Oui, je suis obligé de le reconnaître !

TANT BOURRIN > Ben faut bien que ceux qui se farcissent ma voix aient une compensation non ?

BYALPEL > La coke ? elle se drogue Lorie ?

L'EQUIPE DE CHOC > Merci !

DOC > Merci, de même !

Doc 25/11/2005 15:20

Bravo pour ton blog, très distrayant !!!
Bonne continuation.
Doc

jc de l equipe de choc 25/11/2005 13:26

trés belle explication de texte lol