Explication de texte: L'enfant d'un autre

Publié le par Matthieu C.

Aujourd'hui, une chanson de Serge Lama (chanson dans laquelle la poésie suinte à toutes les phrases): L'enfant d'un autre.

Comme d'habitude, vous avez le choix entre écouter la note en cliquant sur l'onglet lecture ci-dessous et la lire sous Firefox


A écouter, sous IE



Et l'absence est venue poser ses grandes ailes

Ah, les grandes ailes de l’absence, semblables au noir plumage de l’égoïsme… C’est terrible.


Sur le berceau muet qui ne chantera plus

Et oui, dans le monde merveilleux de Serge Lama, les berceaux chantent… Comme quoi, le cannabis est une réalité…


Elle est partie sans moi, je reste seul sans elle
Et sans cet enfant de trois ans dont j'ne suis même pas le père
Et qui devenait mon enfant, peu à peu

C'est elle qui est partie mais c'est lui qui me manque
Ce tout petit garçon qui n'était pas de moi

Donc, apparemment, le thème central de la chanson est un enfant que Serge Lama n’a pas conçu avec une femme avec laquelle il n’est pas resté. Serge Lama a une vie palpitante.


Mais qui avait su lier mon âme saltimbanque
Avec sa tête dans mon cou, avec son rire dans sa gorge

Sa tête dans le cou de Serge Lama… Ben il devait être beau à voir avec une tête de gosse dans le cou… Heureusement, le rire de l’enfant était dans SA gorge (à l’enfant), pas dans la gorge d’un autre enfant, ou pire, dans la gorge de Serge Lama.

Ne plus l'avoir contre ma joue, ça me rend malheureux
Les enfants sont le fruit des femmes pas des hommes

Serge Lama est docteur en biologie moléculaire, il a soutenu sa thèse sur le sujet : « Les enfants : le fruit des femmes pas des hommes », thèse dans laquelle il a brillamment et courageusement justifié sa position.
Mais quelque soit celui qui fait germer la pomme

C’est bien dit quand même… Tout ça pour dire que on s’en fout de qui nique, le père c’est celui qui se lève la nuit pour s’occuper du petit nenfant. C’est d’ailleurs ce qu’il rajoute après…
Le père, pour l'enfant, c'est celui qui est là
Celui qui caresse sa mère et qui lui tend les bras.

Sans doute aimera t-il autant ses futurs pères
Ses parrains, ses tontons que sa mère aimera

Alors comme vous pouvez le constater, ce pauvre gosse n’a pas de chances, les bites se bousculent au portillon. C’est même plus une mère qu’il a chez lui, c’est la banque du sperme.

 

Mais moi je garderai pour ses anniversaires
Une pensée au fond de moi,
J'me dirai tiens, il a vingt berges

On peut s’interroger sur l’utilité de cette acquisition, les berges n’étant pas constructibles. Alors pourquoi en posséder 20 ? C’est encore un des thèmes secrets de cette chanson, sur lesquels Serge Lama jette le voile pudique de son émotion.
Lorsque j'y pense quelquefois
J'me sens devenir vieux

Les enfants des voisins, on les trouve stupides
Ils ne servent à nos yeux qu'à faire pousser des rides

C’est vrai. D’après un sondage réalisé par la Sofres, à la question : « trouvez-vous les enfants des voisins stupides, et à quoi servent-ils ? », 62 % de la population interrogé a répondu « oui, les enfants des voisins on les trouve stupides, ils servent rien qu’à faire pousser les rides », tandis que 34 % ont répondu « les enfants des voisins on les trouve mignons dans le coin, ils nous servent lors de partouzes géantes » et 4 % ne se prononcent pas. (Sondage réalisé à Outreau sur un échantillon de 70 personnes)
Mais lorsque par hasard, on en a un qui est là
Qui a les yeux noirs de sa mère

Et on peut légitimement se demander : mais que fout ce gosse avec les yeux de sa mère ? N’en a-t-elle pas besoin ?
On l'aime malgré soi.

Et l'absence est venue peser sur ma détresse
Dans la chambre déserte où manque ses jouets
Rien n'le remplacera, ni mes futures maîtresses,

Il faisait quoi exactement Serge Lama avec ce gosse pour se dire que même ses maîtresses ne vont pas le remplacer ? Moi je la trouve louche cette chanson.


Ni mon travail, ni le beau temps,
Je suis démuni comme un père qui vient de perdre son enfant
Et je suis malheureux.

 

Ben Serge Lama est peut-être malheureux, mais moi je suis pas fâché qu’elle se termine cette chanson !

 

Matthieu


Publié dans podcast

Commenter cet article

Marie-Christine 06/11/2013 22:33


Comme certaines personnes qui ont laissées des commentaires avant moi, je suis sans voix devant tant de stupidité et je trouve ça lamentable. Personnellement, je vous mettrai un zéro net et sans
bavure. Quand on n'est pas capable de trouver de la poésie où il y en a, on ne mérite pas davantage. Un conseil, au lieu de dénigrer de tels chefs d'oeuvre, vous feriez mieux d'en prendre de la
graine, ainsi, à l'avenir, vos travaux seraient plus intéressants !!!

KRISTELLE 27/05/2009 14:39

eh bien tu vois mon petit matthieu, Serge Lama est un poete, il dit des choses tres belles que tu ne comprends visiblement pas, tu n'as pas l'âme d'un poete... Dommage pour toi, ca plaît aux femmes, les poetes...

TITO 26/12/2008 20:09

ahurrissant de sottise et d'inculture, relisez donc vos classiques, encore que, savez-vous ce que sont des "classiques"?

Jepassaisparlà 06/12/2008 09:28

Quel intérêt ton explication de texte débile? En tout cas, t'es pas avares de co**eries

ventura franck 27/05/2008 14:21

Franchement t'es un trou du cul de prendre cette chanson a la rigolade et de te foutre de sa gueule comme tu le fait tu doits etre franchement con comme gars etre insensible à ca.Tu n'as rien vecu de semblable,au fond tu as de la chance.