L'étoile filante (partie 1 sur 3)

Publié le par Matthieu C.

D’abord il y avait la forêt. Une immense forêt. Une forêt de hêtres peut-être, ou une forêt de sapins, mais ce n’était même pas sûr. Ce qui était certain, c’est que cette forêt s’étendait sur une surface considérable.

Ensuite, il y avait quelques maisons, posées là on ne sait trop pourquoi, en lisière de cette forêt, une dizaine de maisons peuplées de gens pas spécialement misérables, plutôt pauvres en fait. Des gens simples qui vivaient de bois, de chasse et des maigres cultures que la terre sèche et froide voulait bien engendrer. Parmi ces gens, Piotr, 5 ans, Bogdana sa mère et Miroslav son père, un bûcheron affligé d’un pied bot, ce qui le rendait non mobilisable et qui avait permit qu’il resta parmi les siens.

 

Encore après, il y avait un petit chemin de terre, qui serpentait le long de ces habitations ; et de l’autre côté de ce petit chemin de terre, le grillage.

Un immense grillage. Au moins trois mètres de haut. Un grillage électrifié, avec, tous les 10 mètres environ, une immense tour dans laquelle se trouvait un soldat en armes, chargé de s’assurer que personne ne tente de s’approcher trop près, ou de s’évader. S’évader ? Oui, parce que le grillage délimitait un camp de concentration.

 

Dans ce camp de concentration, composé de baraques, d’un four crématoire, d’une chambre à gaz, de pauvres types au crâne rasé vêtus d’un pyjama décoré d’une étoile de couleur, de kapos (qui pensaient n’être pas des sous-hommes du seul fait que les surhommes leur aient confié un grade), de SS. Et surtout, au milieu de ce camp de concentration si atrocement semblable aux autres, on avait planté un sapin. Un sapin de noël. Comme à Auschwitz. Un petit camp de concentration qui avait tout d’un grand. Même le sapin, qui, avec ses décorations, narguait les prisonniers. Lors de l’installation, il avait fallu prendre des précautions extrêmes pour ne pas abîmer cet imbécile d’arbre, parce qu’il se murmurait que le Reichsführer-SS  Himmler en personne allait venir visiter ce camp, perdu au milieu d’une forêt. Ainsi, ce sapin décoré se dressait majestueusement au milieu de la noirceur concentrationnaire. Et même Piotr, lorsque le soir tombait, demandait à sa mère quelle était cette chose qui brillait, après le petit chemin sur lequel il était interdit d’aller.

 

« C’est un sapin de noël, pour se rappeler du petit Jésus. Tu veux que je te raconte encore une fois la naissance du petit Jésus ? » Et Bogdana s’embarquait de nouveau dans l’histoire de la nativité, qu’elle agrémentait de détails nordiques afin de mieux faire comprendre cet évènement à Piotr. Qui finissait immanquablement par s’endormir, dès le récit parvenu à sa fin. Et jamais, au grand jamais, elle n’aurait avoué à son fils que ce qui se trouvait derrière le petit chemin, c’étaient des hommes, des hommes qui brûlaient quelquefois, des hommes qu’il ne fallait pas approcher, des hommes inférieurs. Non, elle tenait à préserver son enfant de ces détails qu’il aurait largement le temps de connaître. Elle préférait se concentrer sur le sapin et sur la naissance dans une crèche du petit Jésus.

 

A suivre…

 

Matthieu

Publié dans c'est bientôt Noel

Commenter cet article

Byalpel 13/12/2005 14:09

Pourquoi chercher tout de suite la fin ? J'aime comme c'est écrit, et j'apprécie sans me poser la question.

Nan, sans déc, Piotr c pas son vrai nom ?

Matthieu C. 13/12/2005 16:44

Ah si, c'est son vrai prénom, et il n'a quasiment rien à voir avec le camp de concentration

mat 13/12/2005 13:39

eeeu t'es sur que tu vas arriver à nous faire rire, là? Y'a un bon challenge, quand même...

Matthieu C. 13/12/2005 13:42

Bon, ben puisque vous voulez savoir, je crois que je ne vous ferais pas rire sur ce coup là, à moins que vous soyez doté d'un curieux sens de l'humour.

Samantha 13/12/2005 12:17

Je suis très intriguée... J'attends la suite avec impatience et je me demande bien comment tu pourrais t'y prendre pour nous faire marrer sur un sujet pareil.
Mais je ne doute pas de ton talent.

Matthieu C. 13/12/2005 12:42

Euh... J'ai dit que je ne dirais rien sur la fin de cette histoire.

lapin 13/12/2005 09:24

Je ne noterai qu'à la fin de l'exposé.

Mais déjà une indication.... on va bien s'marrer!!

Matthieu C. 13/12/2005 09:25

Oui lapin !!!

manou 13/12/2005 08:50

de tout façon, j'aime bien ce début. Bon, c'est pas d'une gaieté évidente....

Matthieu C. 13/12/2005 09:14

Ben pas vraiment, c'est vrai !