L'étoile filante (partie 2 sur 3)

Publié le par Matthieu C.

La première partie est ici

Sacha marmonna quelque chose que personne n’entendit. De toutes façons, personne ne cherchait à comprendre dans la précipitation qui présidait chaque réveil à l’intérieur du camp. Ivan, un russe pour lequel Sacha avait la plus grande admiration depuis qu’il l’avait aidé dans son travail sans que les SS ne s’en rendent compte, Ivan donc secoua Sacha, lui ordonnant de se lever, et lui rappelant ce qui arrivait à ceux qui voulaient encore quelques heures de sommeil. Ceux-là avaient au mieux les balles, au pire les chiens, avant de pouvoir se reposer pour l’éternité.

 

Dans le froid de ce matin de décembre, Sacha se leva, lança un regard de remerciement à Ivan, puis se rendit à l’appel effectué, comme à l’habitude, par le SS-Hauptscharführer Faul. Il neigeait. Un vrai noël songea-t-il, lui qui n’avait jamais fêté cette naissance, et qui se trouvait ici, à cause justement de sa naissance. Les siens étaient, espéraient-il, quelque part à Varsovie, en sécurité. Provisoirement, mais il y en a bien qui allaient s’en sortir quand même, non ? Et si c’étaient les siens ? L’appel était raisonnablement long aujourd’hui, pas comme ces matins où ils étaient obligés de rester debout pendant 3 heures, sans bouger, en attendant que le décompte soit exact.

L’appel terminé, Sacha, Ivan et les autres membres du sonderkommando se dirigèrent à leur poste de travail, pour relever l’équipe de nuit. Les trains arrivaient sans cesse ces derniers temps, et si le camp était de plus en plus peuplés, ceux qui allaient s’entasser pour mourir dans la chambre à gaz semblaient de plus en plus nombreux. Et de plus en plus maigres. Mais, songea Sacha, heureusement pas de plus en plus polonais. Varsovie semblait tenir bon, malgré la rumeur qui courrait selon laquelle les juifs de Varsovie étaient en train de mourir dans le ghetto. Pas sa famille, c’était tout simplement pas possible. Ils s’en sortiraient, il avait confiance.

 

Lui s’était fait rafler alors qu’il se trouvait avec son cousin en train de se livrer au marché noir. Tout ce qu’il avait obtenu, malgré les faux papiers qu’il avait présenté, avait été un aller simple vers ce camp, perdu à la lisière d’une forêt, ce camp orné d’un magnifique sapin de noël. Conseillé par un prisonnier emmené dans le même train que lui, il avait menti sur son âge, avouant 17 ans alors qu’il allait en avoir 15. Le stratagème avait fonctionné, Sacha étant étonnamment grand et costaud (enfin, lorsqu’il mangeait encore à sa faim) pour son âge, et le médecin ne l’avait pas mis dans la mauvaise file. Contrairement à celui qui lui avait donné ce conseil, mais qui avait eu la mauvaise idée de contracter une sorte de pneumonie, qui le rendait incapable de faire plus de 30 mètres sans chercher de l’air comme un poisson hors de l’eau, ce que le médecin avait tout de suite remarqué.

 

Et maintenant, sous les ordres des SS et du kapo Mietek, la journée de travail commençait. Un drôle de travail que celui de ce sonderkommando. Sortir les corps sans vie des chambres à gaz, les laisser à l’examen des détenus coiffeurs et dentistes, puis les jeter dans les fours crématoires. Enfin, vider les crématoires et jeter les os dans une fosse qu’il fallait au préalable creuser. Un travail de fou, un travail à rendre fou, et Sacha savait comment ça allait se terminer, s’il ne s’évadait pas : les membres des sonderkommando ne faisaient jamais de vieux os, et ils étaient condamné à devenir les ‘clients’ de leurs successeurs. Et ça, Sacha ne pouvait s’y résoudre. Pas à 15 ans.

 

A suivre…

 

Matthieu

Publié dans c'est bientôt Noel

Commenter cet article

mat 14/12/2005 20:49

"a suivre..."
ARGH!

Matthieu C. 14/12/2005 21:43

Stresse pas, la fin est demain !

Samantha 14/12/2005 17:30

T'insinues quoi là ???
Que les brunes à petits seins ne sont pas de vraies femmes ???

Matthieu C. 14/12/2005 17:58

Ah si, les brunes à petits seins sont de vraies femmes!
Mais on va voir si ce sont elles qui ont la meilleure intuition féminine...

Samantha 14/12/2005 13:40

Piotr à la limite mais Bogdana !!!!

En tout cas je pressens une grande amitié à venir entre le petit sacha et le petit Piotr...

Matthieu C. 14/12/2005 17:19

Qu'est-ce que t'aimes pas dans ce prénom Bogdana ?
Sinon, tu verras demain si la célèbre intuition féminine fonctionne même chez les brunes à petits seins...

Byalpel 14/12/2005 10:53

Matthieu, si a la fin, jonasz meurt, je te tue ! :-))

PS : nan sans dec, piotr ca peut pas etre son vrai prénom

Matthieu C. 14/12/2005 17:18

J'ai pensé réécrire la fin, et en faire une taillée pour toi... Puis finalement non, j'ai décidé que Michel Jonasz ne pollurait pas ce blog !!!

lapin 14/12/2005 09:18

Toujours pas de note.....

et de plus en plus hilarant!! ça frise l'excellence.

Matthieu C. 14/12/2005 17:17

J'aurais une note demain alors ?