Le degré zéro de la littérature

Publié le par Matthieu C.

J’ai réussi à finir un livre sur lequel j’avais buté une première fois. Mais maintenant, c’est fait, j’ai réussi, je l’ai fini ! Et franchement, qu’est-ce que je me suis fait chier quand même.

Ce livre, c’est « moins que zéro » de Bret Easton Ellis (l’auteur de American psycho).

 

A mon avis, il l’a écrit juste après avoir terminé Bonjour tristesse de Françoise Sagan. Le sujet général y est à peu près le même : l’ennui chez les riches. Mais chez Ellis, ce sont les riches des années 80. C'est-à-dire des riches pleins de coke, de belles bagnoles, de jolies filles mais alors qui s’emmerdent à cent sous de l’heure comme dirait ma grand-mère à qui, dieu merci, j’ai eu la bonne idée de ne pas offrir ce livre (elle avait déjà trouvé choquant et pornographique le superbe « Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part » de Anne Gavalda). Donc, notre narrateur qui se branle, qui prend sa coke, qui baise avec sa copine mais sans envie ni passion, qui regarde la télé, qui mange… Ben on s’en fout en fait. C’est l’impression qui domine une fois le livre refermé : on regarde ce truc qu’on vient de terminer, puis on lui dit qu’on s’en fout (oui, après avoir lu « moins que zéro », je me suis mis à parler aux livres, c’est dire si ça a été une épreuve).

 

Mais Bret Easton Ellis a aussi pompé un concept. Il a honteusement plagié Martin Handford, l’auteur de la série sur Charlie (Où est Charlie ? vous savez, ces livres où on cherche le dénommé Charlie sur une page qui contient approximativement 128 personnages, 49 animaux, 112 arbres et quelques voitures). En effet, le narrateur cherche le dénommé Julian sur environ 150 pages. Il cherche Julian dans tous les endroits possibles et imaginables pour finir par le retrouver dans un bar en train de jouer à space invader (vous savez, le jeu où les alien qui tombent du ciel sont composé de 5 carrés et où vous devez détruire ces extra terrestres en vous déplaçant latéralement uniquement. C’est dire si le Julian en question n’allait pas fort). Et donc, si Julian était introuvable, c’est qu’il suçait des bites à des hommes riches pour pouvoir se payer sa dope. Mais bon, ça aussi ça reste assez peu intéressant, dans la mesure où il ne fait rien à part se faire chercher et pomper.

 

Quand même, s’il devait y avoir une raison de lire ce bouquin (à part le fait qu’aimer Bret Easton Ellis ça fait classe dans certains milieux), ce serait la fin. Rien d’extraordinaire, mais les 15-20 dernières pages sont écrites avec les tripes. Autant on se fout du reste, autant ces dernières pages sur la fin d’une époque sont terriblement bien écrites.

 

Donc, plutôt que d’acheter ce livre, je vous conseille d’aller à la FNAC, de trouver le bouquin, de déchirer les 20 dernières pages et de les lire tranquillement chez vous, à tête reposée.

 

Matthieu

Publié dans la littérature

Commenter cet article

Moumou 08/11/2007 15:41

Je trouve cela légèrment facile. Breat Easton Ellis était encore à la fac et devait avoir 20 ans (je dis ca de mémoire mais je ne suis plus tres sur). Moins que Zero n'est pas mon préféré de cet auteur, c'est clair mais quand tu lis Les Lois de l'attraction, American Psycho ou encore Lunar Park, tu te rends compte de son génie. L'auteur a révolutionner la littérature de l'époque en proposant un nouveau style, un nouveau canon moins parfait. Une écriture bordellique pour une vie en fac à la mesure de ses textes. Remets les choses en perspectives et imagine toi être en fac aux US à ce moment la, dans une fac de marginaux, avec un père qui aurait voulu que tu fasses du commerce.... Celui qui ne saura pas faire, critiquera ? Je te l accorde pour Francois Sagan , Marc Levy, Pellerin ou Nothomb mais pas pour Breat.

Byalpel 08/01/2006 17:43

Tu lis Bret Easton Ellis ?Tain la classe !!(j'sais même pas qui c'est mais ça fait classe dans les milieux)

Matthieu C. 08/01/2006 17:45

;-)C'est le type qui a écrit American psycho...

Gajulie 07/01/2006 17:30

J'ai tenté de le lire celui-ci, après avoir lu et apprécié "Glamorama" malgré sa "trashitude" à certains moments, et tout comme toi la première fois j'ai laissé tomber. Impossible de "rentrer dedans", de m'attacher à l'intrigue, aux personnages...
Peut-être devrais-je retenter ?

Matthieu C. 07/01/2006 17:44

Ben en fait, je ne sais pas si les personnages sont destinés à être attachants, et je ne sais pas s'il y a une intrigue...

Gajulie 07/01/2006 17:29

J'i

matthieu 07/01/2006 15:18

TANT BOURRIN > Je pense que tu devrais arriver à trouver malgré tout !SAOUL FIFRE > Effectivement, ça a l'air aussi intéressant que la première partie. Quoi que un peu plus embrumé peut être...MANOU > Vraiment ? Et pas la page 78 ?BEE HUMAN > La semaine prochaine je parlerai de ce livre. Mais j'ai trouvé cette fin un peu décevante par rapport au reste en fait.