Explication de texte: Je voulais te dire que je t'attends (Michel Jonasz)

Publié le par Matthieu C.

Je mettrai mon cœur dans du papier d'argent,
Oui, avant d’être dans la chanson, Michel Jonasz était boucher-charcutier-traiteur dans l’entreprise familiale. Il a depuis gardé l’habitude de toute mballer dans du papier alu, qu’il nomme joliment « papier d’argent ».

 

Mon numéro d'appel aux abonnés absents.
Et oui, son numéro d’appel ira rejoindre son neurone…


Mes chansons d'amour resteront là dans mon piano.
Ah ben pour une bonne nouvelle, c’est une bonne nouvelle !


J'aurai jeté la clé du piano dans l'eau.
N’oublie pas de tirer la chasse !


J'irai voir les rois de la brocante.
"Vendez mon cœur trois francs cinquante."

Pour ce prix, son cerveau sera livré en plus.


Tu savais si bien l'écouter
Que ma vie s'est arrêtée
Quand tu m'a quitté.

Je voulais te dire que je t'attends
Et tant pis si je perds mon temps.
Oui ben pendant cette chanson, nous aussi on perd un peu notre temps, et ça c’est un peu plus emmerdant

 

Je t'attends, je t'attends tout le temps
Sans me décourager pourtant.

Il est peut-être pas découragé, mais il est décourageant !


Comme quelqu'un qui n'a plus personne
S'endort près de son téléphone,
Et sourit quand on le réveille
Mais ce n'était que le soleil.

C’est vrai que les gens qui n’ont plus personne s’endorment près de leur téléphone en souriant quand on les réveille !

L'autre jour, j'ai vu quelqu'un qui te ressemble
Et la rue était comme une photo qui tremble.

C’est terrible l’alcool quand même


Si c'est toi qui passe le jour où je me promène,
Si c'est vraiment toi, je vois déjà la scène.
Et si c’est toi sans être vraiment toi ?


Moi je te regarde
Et tu me regardes.

Nous nous regardons, vous vous regardez, ils se regardent


Je voulais te dire que je t'attends
Et tant pis si je perds mon temps.
Je t'attends, je t'attends tout le temps,
Ce soir, demain, n'importe quand.
Comme quelqu'un qui n'a plus personne
S'endort près de son téléphone
Et qui te cherche à son réveil,
Tout seul au soleil, j'attends.
Je voulais te dire que je t'attends.
Si tu savais comme je t'attends !
Je t'attends, je t'attends tout l'temps.
Quand seras-tu là ? Je t'attends.
Si tu savais comme je t'attends !
Je t'attends, je t'attends tout l'temps.
Je voulais te dire que je t'attends.

 

Tout au long de cette interminable soupe, le simplet de la chanson prononce 16 fois « je t’attends ».  Pour une chanson qui dure 243 secondes (4 minutes 03), cela fait donc une moyenne de un « je t’attends » toutes les 15 secondes. Et après, on me dira que Jonasz n’est pas répétitif.

 

Matthieu

Publié dans critiquons

Commenter cet article

KALIDESTRUCTRICEDESM 06/05/2009 10:51

Matthieu, c'est pas sérieux lol. Il va falloir te renseigner davantage, avant de prétendre expliquer les textes de Michel Jonasz. Un peu plus d'humilité et de respect de ta part émergerait sans aucun doute. J'espère que Michel ne lit pas tes commentaires.As-tu vu qu'il y a plusieurs niveaux de lecture pour cette chanson ? Dommage que tu sois resté dans les niveaux les plus basiques (comme beaucoup d'auditeurs) et tellement éloignés de l'impulsion originelle de cette chanson. Plusieurs chansons de Michel aurait pu te mettre la puce à l'oreille si tu les avais connus. Michel Jonasz est visiblement un chercheur, il est  habité par de très fortes aspirations spirituelles. Cette chanson est à relire dans le même symbolisme que l'histoire de la belle au bois dormant, l'être supérieur (la belle au bois dormant) qui attend son prince charmant (la conscience mentale illuminée). La lecture du texte de la chanson peut d'ailleurs démontrer la compréhension que cet être supérieur caché au fond de nous attend et subit cette attente depuis des temps immémoriaux dus à la succession de nos vies qu'une ouverture, une maturité qui n'apparaissent qu'avec l'expérience.Tu vois beaucoup de niveau de lecture sont possibles. Mais je parie que le mien est plus authentique que le tien.Amicalement

... 13/02/2009 11:52

Ecris donc une chanson et on verra après... Je trouve ça honteux ce genre de connerie...!

eunhee 27/08/2007 18:17

Il est vrai que les paroles de cette chanson ne mérite pas des éloges mais pour oser te moquer de celle ci tes commentaires aurais dus être moins primaire.Sans aucune méchanceté de ma part, Eun Hee.

Paul 03/03/2006 01:29

Le problème de la critique, surtout quand elle se veut sarcastique et/ou corrosive, c'est qu'elle nécessite un minimum d'esprit et de talent. Dommage que l'auteur de celle-ci n'ait ni l'un ni l'autre. La critique est facile, l'art est difficile...

Matthieu C. 03/03/2006 08:11

Quelle critique ?

Carole 29/01/2006 23:39

Elle est super ton explication de texte, Matthieu. En plus, elle est tout à fait réaliste. Le pire, c'est que je l'aimais bien, cette chanson. Mais bon, ça n'empêche pas que j'aime bien Michel JONASZ. Mais s'il te plait, ne touche pas à celle que je préfère de lui: "dîtes-moi" !

Matthieu C. 30/01/2006 16:58

Ben justement, puisqu'on en parle...