"Si j’aurais parti, ça s’aurait vu"

Publié le par Matthieu C.

C’est ce qu’à déclaré Daniel Legrand père devant la commission d’enquête parlementaire réunie pour rechercher on ne sait trop quoi lors de l’enquête puis du procès pour pédophilie d’Outreau. Cette phrase est symptomatique, car elle représente ce qu’un des ex-accusé disait pour expliquer que ses collègues auraient obligatoirement remarqué son absence, s’il s’était absenté pour violer des enfants chez Myriam Badaoui.

Au début, je voulais faire une note sur le juge Burgaud (le juge d’instruction), pour dire tout le bien que je pensais de lui, et surtout, pour ne pas hurler avec les loups, avec ceux qui réclament sa tête alors qu’ils jetaient des cailloux sur les accusés lors du premier procès en criant « A mort ».

 

Mais le juge Burgaud, j’ai eu beau chercher, ne m’est pas sympathique. Mais alors, vraiment pas. Un jeune homme plein de morgue, qui, dans l’Express, assure avoir « rempli sa mission honnêtement », et surtout, comble du délire chez ce justicier, il ressent « le sentiment d’une profonde injustice ». Alors ducon, laisse-moi juste te dire une chose : lorsque Daniel Legrand fils a inventé un meurtre pour démontrer l’absurdité du système, meurtre absurdement corroboré par Myriam Badaoui, et qu’il a dû passer 10 mois en cellule d’isolement pour être protéger des autres détenus, tu crois pas qu’il a ressenti une profonde injustice ?

Et lorsque tu lui as dit, juste avant qu’il ne soit ramené dans sa cellule, à la fin d’un interrogatoire : « pour vous, ce sera 4 ans d’enquête, et 20 ans de prisons », tu crois pas qu’il a ressenti un sentiment d’injustice ?

Et lorsque tu dis que tu refuses d’endosser seul la responsabilité de ce fiasco, on reconnaît là l’argument des sans couilles et des lâches. Parce que tu n’étais pas seul, tu t’es pris pour dieu le père. Daniel Legrand étaient seuls, eux.

 

Devant cette commission parlementaire, on a pu voir la misère. La sœur de François Mourmand, mort en prison (alors qu’il était innocent) a péniblement lu sa déclaration sur papier, butant notamment sur « illettré ». Daniel Legrand père, un type qui a du mal à s’exprimer devant ces messieurs si bien mis de la commission d’enquête, semblait terrorisé. Daniel Legrand fils, qui parle comme la marionnette de Joey Starr aux guignols, a parlé vrai, avec son épouvantable accent du nord. Toutes ces petites gens n’étaient rien devant Le Juge Burgaud, qui avait fait des études, qui parlait un français parfait, qui était au dessus de ces gens.

 

Ce pauvre juge Burgaud, qui a pris pour argent content tout ce que lui disait Myriam Badaoui… Elle avait la laideur des pauvres. Elle n’en pouvait plus de culpabilité après le viol de ses enfants, et aurait tout donné pour se racheter. Alors elle a soutenu leurs folles accusations. Envers et contre tout. Et le juge a suivi, trop heureux de montrer son talent dès ses débuts. Quitte à tout écraser sur son passage, et surtout des vies.

 

Madame Legrand (la femme du père et la mère du fils donc) s’est retrouvée avec un mari et un fils en taule. Elle a dû aller demander le RMI et bouffer aux restos du cœur. Elle a appris à connaître les 5 et 6 du mois, là où il y a la queue à la Poste parce que les allocs viennent de tomber. Elle a appris l’humiliation d’aller s’inscrire aux restos du cœurs. Elle a connu la souffrance de la solitude, alors que son mari et son fils étaient en taule pour viols sur des enfants.

 

Et pendant qu’elle allait bouffer ses rations de la CE obtenues aux restos du cœur, en pensant à son mari et à son fils en taule, le juge Burgaud continuait sa folle inquisition, en dépit du bon sens, sûr de sa supériorité bien au chaud dans son bureau.

 

Matthieu

Publié dans C'est pas drôle

Commenter cet article

Byalpel 19/01/2006 20:37

Je te sens un peu tendu en ce moment Matthieu non ?(mais je comprends, le sujet en vaut la chandelle)

Matthieu C. 20/01/2006 06:42

Oui, un peu tendu, mais ça va s'arranger !

Sébastien 19/01/2006 17:30

Le juge, hormis sa personnalité, s'est quand même acharné en dépit de toutes les incohérences de l'enquête. Il n'a pas une seule seconde pensé qu'ils pouvaient être innocents, il a instruit un procès à charge, il voulait se les payer poor sa gloire personnelle.
Ses réflexions sont inadmissibles. Un juge est un professionnel, il n'a pas à torturer mentalement des accusés, aussi horrible soit le crime qu'ils sont supposés avoir commis.
Cela dit, il sortait tout juste de l'école et je trouve hallucinant qu'on ait confié une telle affaire à un débutant. Et en effet, l'expert était du même niveau... sa réflexion sur ses honoraires de femme de ménage était abjecte.

Matthieu C. 19/01/2006 17:46

T'imagines quand même ? Un juge qui se dit "putain, cette affaire va me faire faire un saut dans ma carrière"... En même temps, sa carrière est un peu niquée maintenant ! Même s'il n'est pas sanctionné, il risque de ne pas progresser énormément...

bee_human 19/01/2006 15:40

Le juge Burgaud est impardonnable pour différentes raisons qui ont été énoncées:
l'un des embastillés a été accusé d'avoir violé son propre enfant qui n'était pas né au moment des faits
un autre a été accusé d'avoir violé des enfants dans un appartement en étage alors qu'il était handicapé en fauteuil et qu'il n'y avait pas d'ascenseur
il n'y avait que la parole des enfants avec aucun certificat médical, aucune trace d'argent sur les comptes en banque... L'instruction ne reposait en fait que sur la certitude d'un crétin.
dans les convictions du juge Burgaud, il y avait le faite de penser tenir un réseau de prostitution avec ramifications en Belgique alors que les enquêteurs Belge ont tout de suite démenti cette affirmation.
 
Avec Burgaud et l'expert psychologique on a vraiment du gros lourd.

Matthieu C. 19/01/2006 17:43

Ah oui, j'avais oublié l'expert psychologique avec ses expertises de femme de ménage !

palimpseste 19/01/2006 14:06

En fait, je ne plaide pas pour la personne du juge Bourgaud, qui est sans doute effectivement quelqu'un d'assez odieux, ou arrogant, ou hautain, mais juste pour la position institutionnelle ou administrative qu'il défend, simplement parce qu'il n'a pas le choix dans sa posture. C'est le premier fusible et s'il saute, ce sera un simple bouc émissaire. L'institution est incapable de se remettre en cause, c'es-t ce qui me scandalise le plus. Maintenant, je pense aussi à ces familles détruites injustement et ça me fait mal pour elles...

Matthieu C. 19/01/2006 17:43

S'il saute, ce ne sera pas forcément pour TOUTE l'affaire, mais seulement pour ses agissements en dehors de tout cadre, de toutes ses phrases destinées à mettre une pression énorme sur les accusés etc... En même temps, ça ne servirait pas à grand chose qu'il saute. Les autres magistrats "travaillent" apparemment de la même façon.

Sénio 19/01/2006 08:00

Tous ces accusés dont la vie a été ruinée .... plus celle de leurs conjoints et enfants !  et aucun coupable à l'arrivée....
On ne parle que de ça mais jamais des enfants qui ont accusé ! Il leur est bien arrivé quelquechose quand même, pour dire des trucs pareils ! Certes, il y a les parents, la mère Badaoui surtout , mais p-e pas seulement .....!  Certains ne seraient-ils pas passés entre les "mailles du filet" ?
Affaire pas claire qui prouve s'il en était besoin que les "enquetes" , services sociaux et cie c'est du n'importequoi !  Grave.

Matthieu C. 19/01/2006 17:41

Toutes ces belles assistances sociales, sûres de leur science... C'est grave en effet