Explication de texte : Ce n’est pas tout d’être mon père (Georges Brassens)

Publié le par Matthieu C.

Aujourd’hui, explication de texte de Georges Brassens (le texte, pas l’explication). Georges Brassens est un chanteur de l’ancien temps dont les mélodies étaient toujours composées de trois accords répétés à l’infini. La principale qualité de Georges Brassens est d’être très photogénique, puisque la photo sur laquelle il se trouve en compagnie de Jacques Brel et de Léo Ferré fait très classe sur les murs des appartements des bobos du seizième arrondissement de Paris.

 

Du fait qu'un couple de fieffés
Minables a pris le café

« Fieffés minables », c’est du vieux français pour dire ‘pauvres con’. Brassens ayant toujours été vieux avec des cheveux blancs, une grosse moustache et un pipe, il parle le vieux. Enfin, il parlait.


Du pauvre, on naît et nous voilà
Contraints d'estimer ces gens-là.
Parc' qu'un minus de cinq à sept
Chevauche une pauvre mazette

Un mazette était un « mauvais petit cheval ». Qu’un type encule un poney entre dix-sept et dix-neuf heures ne peut que nous laisser pantois, sauf lorsque l’on sait que le fruit de leurs amours illicites fut Georges Brassens.

 

Qui resta froide, sortit du
Néant un qui n'aurait pas dû.

C’est vrai. Il n’aurait pas dû. Quel philosophe ce Brassens !

{Refrain:}
Ce n'est pas tout d'être mon père,
Il faut aussi me plaire.
Êtr' mon fils ce n'est pas tout,
Il faut me plaire itou.

Je crois que le refrain est le plus beau passage de cette chanson. Lisez bien la suite, on dirait des jingle de pub qui passent sur France Bleue Poitou.


Trouver son père sympathique,
C'est pas automatique.

Et oui ! Trouver son père sympathique, c’est comme les antibiotiques : c’est pas automatique. Non mais quand on vous dit que Brassens était un vrai poète, faut pas douter ! Un poète au moins aussi grand que le créateur du slogan « éparcil, la fosse tranquille ».


Avoir un fils qui nous agrée,
Ce n'est pas assuré.

Et non !

Quand on s'avise de venir
Sur terre, il faut se prémunir
Contre la tentation facile
D'être un rejeton d'imbécile.

Les enfants de Florent Pagny auraient dû écouter cette chanson.


Ne pas mettre au monde un connard,
C'est malcommode et c'est un art

Comme le disait le père de Luc Alphand. (celui qui a déclaré, à la fin du Dakar : « Même s'il faut avoir
une pensée pour tout ce qui s'est passé [les deux enfants morts, NDM], ça ne va pas gâcher ce que je ressens, ce que j'ai accompli »).


Que ne pratique pas souvent
La majorité des vivants.

C’est vrai ! Tandis que les morts n’accouchent que de brillants enfants, beaux, riches, intelligents.

{Refrain}

L'enfant naturel, l'orphelin
Est malheureux et je le plains,
Mais, du moins, il n'est pas tenu
Au respect d'un père inconnu.

C’est vrai, mais on s’en fout.


Jésus, lui, fut plus avisé,
Et plutôt que de s'exposer
A prendre un crétin pour papa,
Il aima mieux n'en avoir pas.

Georges Brassens était un vieil anticlérical. Ainsi, s’il était contre les religions, il ne pouvait s’empêcher de les citer dans toutes ses chansons. Et si vous les lisez bien, vous verrez qu’on pourrait quasiment toutes les passer à l’église (surtout la tambouille « pour l’auvergnat »)

{Refrain}

C'est pas un compte personnel
Que je règle ; mon paternel,
Brave vieux, me plaisait beaucoup,
Etait tout à fait à mon goût.

On est ravi de le savoir, et c’est vrai que ça méritait bien une chanson quand même !


Quant à moi qui, malgré des tas
De galipettes de fada,
N'ai point engendré de petits,
J' n'ai pas pu faire d'abrutis.

Une chanson pour dire qu’on n’est pas obligé d’aimer ses parents, ni ses enfants, qu’il (Brassens) s’entend bien avec son père et qu’il n’a pas d’enfant, fallait quand même oser. Parce que moins intéressant après, y’a l’annuaire téléphonique. En chanson sur 3 accords mineurs, ça doit être classe… comme une chanson de Brassens.

 

Matthieu

Publié dans critiquons

Commenter cet article

Jérôme Skalski 08/04/2009 16:48

Je propose : "Aujourd'hui, explication d'un texte de George Brassens..." Cela, pour éviter d'avoir à  utiliser deux phrases là qu'on pourrait en mettre qu'une... Voir exp. Fernand.Mes hommages...J.S.

Georges Armella 17/11/2008 15:02

Heureusement que Georges Brassens a aussi écrit "Le temps ne fait rien à l'affaire ". Il suffit juste de l'écouter pour comprendre et de ne pas avoir un égo trop important pour voir que la chanson peut vous correspondre...Bien à vous, salutations

Moins étonnée 26/01/2006 20:15

Bon ben si c'est du second degré ça va alors.Il me semblais que t'étais pas trop du genre ras la casquette.Et pour finir de te faire plaisir : moi aussi je suis fan de Brassens et moi non plus je connaissais pas cette chanson...

Matthieu C. 26/01/2006 20:57

Elle est assez méconnue, et il faut dire que ce n'est pas sa meilleure !

Etonnée 26/01/2006 14:50

Autant parfois tu me fais rire, autant des fois tu es d'une naïveté confondante. D'accord, t'es en colère contre à peu près tout, t'as besoin de critiquer, ça te fait du bien, et puis comme t'as de l'esprit les gens trouvent ça drôle et te le disent, et ça aussi ça te fait du bien. Je ne critique pas ça.
Ce que je trouve étonnant c'est qu'avec l'esprit, donc, qui te caractérise, tu n'aies pas envie de gratter un peu plus loin, parfois, que le bout de ton nez.
Croies-tu vraiment que l'auteur de "Mourir pour des idées" ait pu écrire du sous Henri Dès pour bloggueurs en mal de critique ? Essaie un peu de replacer cette chanson dans son contexte histoire de changer pour une fois d'angle de vue.
A l'époque où cette chanson, ce n'était pas du tout anodin d'écrire qu'on n'était pas obligé d'aimer ses parents... Ces choses-là non seulement ne se disaient pas mais si on les pensait il fallait s'en confesser. Ce qui 30 ans après Dolto te paraît évident à toi, né dans une génération où la psychologie existe, était à l'époque de la subversion ; il était aussi mal vu de critiquer la sacro-sainte institution de la famille que le gouvernement.
C'est vrai que ce que tu écris est drôle et que tu as le droit de critiquer ce que bon te semble ; mais c'est dommage de ne pas chercher à élargir ton point de vue.

Matthieu C. 26/01/2006 17:15

Etonnée, c'est du second degré ! Bon d'accord, je ne trouve pas cette chanson exceptionnelle, mais à ton avis, pourquoi les notes qui critiquent les chansons s'appellent "explication de texte" ?Sinon, je critique à peu près tout sur ce blog. Ce n'est pas un besoin. Ce blog est un blog, ce n'est pas ma vie. Merci de remettre les choses dans leur contexte !!!Sinon, cette chanson n'a apparemment jamais eu de succès (un fervent admirateur de Brassens me confiait n'en avoir jamais entendu parler). Sinon, tu peux laisser ton adresse mail STP ?

Yaelz 25/01/2006 23:33

Ah parceque t'as fait Brel aussi?!!
Mais ou t'arreteras-tu? Aux paroles du Jingle d'intel, tu oserais quand meme pas t'attaquer, quand meme?!
Je te defends de parodier les paroles de mon duo cornichonesque!!!

Matthieu C. 26/01/2006 06:43

Ah non ! On ne touche pas aux choses sacrées !!!