Serge Dassault, lou ravi de droite

Publié le par matthieu

Contrairement à ce que chante Renaud, on peut ne pas être con et être à droite. Pour illustrer ces propos, nous allons prendre un exemple : Serge Dassault, le fils du résistant Marcel Dassault (Bloch de son nom, qu’il a fait changer à la libération pour prendre son nom de résistant). En fait non, c’est un mauvais exemple, parce que Dassault est à la connerie ce que la cerise est au gâteau.

 

Serge Dassault est le patron de la Socpresse, qui regroupe 70 titres de la presse française. Mais ce dont il est le plus fier, c’est d’être le patron du Figaro. Le figaro n’a jamais été très drôle à lire, mais avec Dassault aux commandes, ça devient du terrorisme. Cet été, il nous avait réjoui par sa formule « il y a des informations qui font plus de mal que de bien », pour justifier la censure faite par rapport à un article traitant de l’affaire de la vente de frégates à Taïwan, affaire dans laquelle était cité un certain… Serge Dassault.

Ce couillon de la lune qui manque de finesse comme le Sahel d’eau a déclaré sur France Inter ce matin : « les journaux doivent diffuser des idées saines ». Jusque là, il a plutôt raison. Seulement, il continue en disant : « les idées de gauche ne sont pas des idées saines ». Donc, les journaux ne devraient pas diffuser d’idées de gauche, c’est ça ? Que des journaux ventant la même politique, interdiction des journaux qui professent d’autres idées… C’est papa Dassault qui doit se retourner dans sa tombe, lui qui a lutté contre le totalitarisme. Parce que ce truc sur les idées saines, même Le Lay (le pédégé de TF1) n’a pas osé.

 

Un truc qui est par contre passé inaperçu (enfin, par moi, parce que certainement qu’on en a déjà parlé ailleurs), c’est l’interview de Dassault par Jean-Michel Aphatie le 29 novembre de cette année sur RTL. Au début, quand j’ai lu cette interview, j’ai cru que c’était truqué, qu’il s’agissait d’un truc du canard enchaîné style ‘les interview (presque) imaginaires du canard’. Mais non ! Dassault a bien prononcé ces phrases ! Et c’est assez incroyable, parce que là, on se dit que soit il est très très con (style un frère Debré), soit il est suicidaire. Ben en fait, pas du tout, puisque ses propos ne soulèvent aucune polémique. Bon, alors, voici des morceaux choisis de cette interview (que vous pouvez retrouver ici ):

 

- Il n'y a pas d'alternative socialiste. Les socialistes ont créé la décadence en France…

- C'est ça la gauche, c'est ça les socialistes. On ne change rien, on reste comme ça. On va tous crever.

- […] Mais parce que on est bloqué par la gauche ! On est bloqué par Mitterrand, on est bloqué par Jospin. On n'en sort pas !

- […] Et qui fasse comme Mme Thatcher a fait, ou comme l'Espagnol a fait, qui a réussi à changer l'état d'esprit.  (oui, Dassault ne sait pas que le premier ministre libéral espagnol s’appelait Aznar)

 

En fait, tout le long de l’interview, Dassault parle des malheurs de la France qui viennent de la gauche. Et tout le long de l’interview, Aphatie tente de faire comprendre à ce pauvre homme que c’est la droite qui est au pouvoir en ce moment.

Une dernière pour la route :

- […] Parce qu'on ne veut pas revenir et on ne peut pas revenir, parce qu'il faut quand même savoir que notre France aujourd'hui est totalement bloquée. Bloquée intellectuellement, bloquée idéologiquement.

 

Et c’est vrai qu’en matière de blocage intellectuel, on a à faire à un expert.

Matthieu

Publié dans critiquons

Commenter cet article

Matthieu 06/02/2005 16:47

Je ne comprends pas quelle est la différence entre "donc, les journaux ne devraient pas diffuser d'idées de gauche, c'est ça?" et "il est dommage que les journaux de gauche ne diffusent pas des idées saines".
Concernant le fascisme, désolé, mais lorsqu'on censure quelqu'un parce qu'il ne pense pas comme vous, alors que les idées restent dans un cadre démocratique, oui, c'est du fascisme.
Pour terminer, je ne suis pas en colère. Il ne manquerait plus que je me mette en colère à chaque fois qu'une connerie est dite.

alban 06/02/2005 16:32

Salut, je viens de tomber sur un de tes articles : " [...] Jusque là, il a plutôt raison. Seulement, il continue en disant : « les idées de gauche ne sont pas des idées saines ». Donc, les journaux ne devraient pas diffuser d’idées de gauche, c’est ça ? [...]"

Je crois que tu interpretes un peu trop largement. Ce que moi je déduis de ce qu'il dit c'est qu'il est dommage que les journaux de gauche ne diffusent pas des idées saines. De là à penser que Serge Dassault est un fasciste il y a une sacrée longueur.

Dans tous les cas, le débat politique ne se traite pas avec colère.

A+
Alban.