Martine est ménopausée

Publié le par Matthieu C.

 

Oui, je sais, ça vous bouleverse pas, mais moi, de l'apprendre… oui c'est vrai, je m'en fout.

Bon, elle me l'a pas dit comme ça non plus, faut pas abuser. En fait, on discutait du chef qui a un 6ème sens pour détecter les gens qui vont pas fort. C'est vrai, ça s'appelle une "personnalité sadique". Donc, Martine me raconte qu'une fois, des collègues ont été obligés de la ramener chez elle, pour qu'elle puisse prendre des calmants. J'ai pas osé demandé si c'est depuis ce jour qu'elle souffre d'un dérèglement des neurones, mais le cœur y était. Là dessus, elle rajoute:

"Oui, parce que quand j'avais mes règles, je pleurait très facilement, pour un oui ou pour un non, alors que d'habitude non".

Si c'est quand elle avait ses règles, j'en ai déduit qu'elle ne les avait plus maintenant.

 

Une question quand même: les femmes sont-elles obligées de parler de leurs menstruations avec le premier pauvre mec qui passe? Non, parce que moi, je veux bien parler du fonctionnement de ma bite mon appareil génital avec Martine s'il faut: "Oh, c'est sûr, mais moi, je me suis levé avec une érection…". Ca pourrait être sympa des sujets de discussion comme ça.

Et puis, il se trouve que Martine avait froid (elle était en pantalon et en pull). Elle me dit: "Je vais aller mettre un T-shirt". Sur le coup, j'ai pas bien compris, je me suis dit que son cerveau agonisant avait sans doute tenté de me faire passer un message, et que je le décoderai plus tard. Mais non, en fait, Martine était juste en pull (et en soutien-gorge certainement, puisqu'elle porte toujours des soutien-gorge dont les bretelles sont en plastique transparent, ce qu'elle trouve élégant mais qui est en fait encore plus moche qu'un soutien-gorge de grand-mère), et elle a passé un T-shirt dessous, T-shirt qu'elle m'a fièrement montré, pour me faire comprendre que maintenant elle avait chaud.

 

Sinon, dans ce bureau de cinglés, le chef a trouvé une nouvelle blague à afficher: on voit une femme voilée qui porte une cabine téléphonique sur son dos. Un homme basané est en conversation avec quelqu'un, il lui dit: "allo mohammed, c'est Mourad, t'es où", et le titre de cette joyeuse blague est "Le téléphone portable arrive en Algérie". Desproges disait: "on peut rire de tout mais pas avec n'importe qui". Je ne suis pas d'accord. En fait, on peut rire de tout, avec n'importe qui, mais à la seule condition que ce soit drôle. Et là, franchement, on est plus dans le mauvais goût que dans l'humour. Mais bon…

 

Sinon, Martine a eu des bouffées  de chaleur tout l’après-midi. Oui, après avoir mis un T-shirt sous son pull, madame avait chaud. J’ai pas osé lui demander si elle prenait des hormones pour lutter contre les effets de la ménopause (on prend bien des hormones dans ce cas là non ?), mais à ce moment là, une autre collègue a parlé de son village, où il y a même un gynécologue (cette collègue là a une fois téléphoné pour prendre rendez-vous pour une mammographie, mais comme la secrétaire médicale avait pas l’air de bien comprendre, elle a demandé son rendez-vous si fort que presque tout le monde a entendu). Je pense que je vais leur apprendre le mot « pudeur » à ces collègues.

 

Quand je pense que sur certains blogs on traite de sujets politiques, philosophiques, éthiques, et que sur mon blog, je parle de la ménopause de Martine, ça me fait quelque chose quand même.

 

Matthieu

Publié dans le bureau

Commenter cet article

megarde 20/11/2006 22:37

moi j aime bien la menopause de martine )) tu aurais qque chose sur les varices de cecilia?

Matthieu C. 24/11/2006 18:26

Hélas non, nous ne sommes pas assez intimes