Amélie Nothomb, herméneutique du néant

Publié le par Matthieu C.

Amélie Nothomb, c'est cette fille qui porte des chapeaux invraisemblables, qui se montre partout dès la rentrée littéraire arrivée, et qui publie chaque année un livre au titre aussi ampoulé que celui de cette note. Enfin, un livre... el fait, elle écrit du vide. Ses livres sont épais comme un samdwich SNCF (merci Renaud), écrit à l'aide de caractères normalement destinés aux mals voyants (mais aux très mal voyants hein, à la limite de la canne blanche et du chien) avec des espaces énormes entre chaque paragraphe (oui, encore du vide. Cette fille symbolise d'ailleurs le vide sidéral).

Ce qu'Amélie Nothomb écrit est inconsistant (livre de poche de 80 pages en gros caractères et des sauts de lignes après chaque réplique, avec un texte inintéressant – LES COMBUSTIBLES), d'une connerie abyssale (le plus moche du monde tombe amoureux de la plus belle du monde mais il la tue à la fin – ATTENTAT), bourré de clichés (une fille dont la mère s'est suicidée fait de la danse, devient anorexique et renie sa famille, tombe amoureuse et tue Amélie Nothomb – ROBERT DES NOMS PROPRES), et d'une prétention sans borne (Amélie Nothomb est enlevée par des scientifiques du futur car elle a suggéré que l'éruption du Vésuve à Pompei était le résultat d'une expérience du futur – PEPLUM). Tel est l'univers de cette pavre fille, qui est un pur produit marketing et dont la pensée a la consistance d'un ravioli déshydraté.

Son éditeur parle de “l'humour décapant“ d'Amélie Nothomb. Oui, à condition d'être fan des blagues de Mickey Parade envoyées par des enfants de 10 ans espérant recevoir en récompense un autocollant de Picsou à coller sur le Kangoo familial. Une sorte d'humour touchante lorsqu'elle vient d'un enfant, pathétique lorsqu'elle émane d'une femme que les médias s'arrachent dès qu'elle sort un nouvel exemplaire de sa diarrhée littéraire.

Amélie Nothomb aime raconter qu'elle aime les fruits pourrits (comme quoi, rien ne se perd, puisque ces fruits rejoignent directement sa pensée), qu'elle peut avoir un orgasme en écrivant (et ben, c'est toujours ca de gagné, à défaut de génie) et qu'elle écrit 3 livres par an, qu'elle soumet à son éditeur qui choisit d'en publier un seul (toujours en septembre). Que fait-il des 2 autres? Mystère. Mais quand on voit ce qui est publié, on peut se poser la question de la santé mentale de l'éditeur. Ainsi, 2 hypothèses: soit l'éditeur a des goûts de chiottes et il est fan des rédactions écrites avec application au stylo-plume par des petites filles consciencieuses et pleines de désir de passer en CM1, soit c'est un fan de jeux de hasard, et il joue le livre qu'il va publier aux dés. Parce que se dire que Amélie Nothomb a réussi à écrire deux trucs encore plus mauvais que les combustibles, ca donne le vertige.

Dans Les combustibles, trois personnages se trouvent dans une ville assiégée et en guerre en plein hiver. Comme ils n'ont plus rien pour se chauffer, ils décident de brûler des livres. Mais lesquels brûler en premier ? L'idée de départ est amusante et aurait même pu être intéressante. Malheureusement, ils brûlent des livres d'auteurs sortis de l'imagination d'Amélie Nothomb, des auteurs qui n'existent pas, ce qui enlève tout attrait à ce pauvre exemplaire du genre littéraire (alors ca, c'est quand même bien dit hein ?)

Personellement, si je devais brûler des livres pour survivre (oui, parce que sinon, je ne suis pas trop adepte des autodafés), je brûlera en premier les livres de Werber: ils sont épais, lourds, ils brûleraient longtemps. Ensuite, je m'attaquerai aux auteurs qui n'en sont pas vraiment, mais qui ont d'énorme capacités pour avoir les médias: PPDA, Claire Chazal, Houellebecq, Beigbeder. Passeraient ensuite au feu les livres d'Amélie Nothomb (mais il en faudrait beaucoup pour avoir chaud, vu l'épaisseur des bouquins), de Pascal Sevran (qui devient de plus en plus con au fur et à mesure de son journal) et de Angot.

Mais j'aurait beaucoup de mal à brûler La conjuration des imbéciles, La vie devant soi, La danse de Genghis Kahn, Nico, l'attrape-coeurs, l'écume des jours, le petit prince, la ville dont le prince est un enfant... et d'autres que j'oublie, mais qui sont des vrais livres...


Matthieu

Publié dans la littérature

Commenter cet article

argali 14/02/2011 21:47



Amélie Nothomb, on aime ou on déteste. Elle ne laisse personne indifférent. Mathieu, il ne faut pas se plaindre que les amateurs extériorisent leur avis positif quand on rédige un blog public.


Je pense que vous lisez Amélie Nothomb au 1e degré et que vous perdez beaucoup de ses subtilités. N'oubliez pas qu'elle vient de Belgique, pays du surréalisme. Si je reconnais que ces romans ne
sont pas de qualité égale, je pense qu'elle a écrit de très bons ouvrages, notamment ceux de la veine autobiographique.


Tous les goûts sont dans la nature. Même si c'est votre blog, permettez nous d'exprimer un avis contradictoire. Sinon à quoi bon tenir un blog ?


Bien à vous



liliaimelenougat 20/02/2008 16:31

Je remarque juste qu'au moins elle t'auras sacrement inspiré (bien ou mal) et que plutot de t'arreter à un livre que tu as considré mauvais tu t'es fait le mal d'en lire pas mal. Avoue: t'aime trop? t'es jaloux de son ecriture ? Et aussi depuis quand la quantité d'écriture entre en compte pour juger un livre ?

Brume 11/05/2007 22:24

Quand je pense à l'Amélie, je repense à ma vieille carne de prof d'anglais, qui, loin de pouvoir cacher son aversion profonde pour la bouffeuse de fruits pourris, avait commenté cette dernière de la façon suivante :"Ah bah heureusement qu'elle écrit hein ... ça lui fait du bien, à cette pauvre fille ..."Et mine de rien, c'est  vrai.Pardon aux lecteurs effarés et fanatiques, mais moi aussi j'ai tous ses bouquins. Si ça peut aider à ma rédemption :D

Matthieu 07/07/2005 06:38

La prochaine fois, veuillez garder ce que vous pensez dans votre moi intérieur (oui, parce que pour les lecteurs de Amélie Nothomb, il semble y avoir aussi un moi extérieur). Je ne cherche pas à vous dégoûter, je donne mon avis, ce qui est encore permis dans un pays démocratique. Vous ne reviendrez plus sur ce blog, je ne vous pleurerai pas.

sinne 06/07/2005 21:35

Je voudrais dire que je n'ai pas lu le contenu des toutes ses absurdités tellement les premières phrases me donnent dors et déjà envi de fermer la fenêtre!!Je donne mon avis et dis que ce tissus de mensonge n'est même pas fondé!!! Je trouve grotesque de créer un site uniquement pour delivrer des critiques negatives sur un des meilleurs auteurs contemporains de nos jours...Je ne suis evidemment pas là pour vous faire changer d'opignon vis à vis des oeuvres d'Amélie Nothomb c'est votre droit le plus absolu de penser ce que vous voulez mais ce que je pense ne doit pas rester une seconde de plus dans mon Moi interieur...Vous êtes d'une petitesse qui pousserait bien des gens à commettre l'acte irréparable..Moi la première !!!!! Si vous n'aimez pas cette auteur rien ne vous en empêche mais ne degoutez pas son public comme cela!!!