Le bon nègre

Publié le par Matthieu C.

Simone, la collègue de bureau qui m’avait demandé où se trouvait la touche « rien » sur son clavier, a décidé de nous confier une anecdote aujourd’hui : elle a travaillé avec un collègue noir, très gentil (« mais les noirs sont souvent très gentils ») et surtout, qui savait très bien danser (« mais les noirs ont le rythme dans la peau »). Elle ne nous a pas précisé s’il était fortement membré, mais le cœur y était. Oui, Simone pense que les noirs sont incapables de ne pas danser ou d’être des connards au dernier degré. Un peu le mythe du bon sauvage quoi.

 

Mais bon, que Simone dise ça, à la limite, on le comprend, c’est Simone. Fallait pas non plus s’attendre à ce qu’elle nous fasse un exposé sur le développement des recherches en physique quantique dans le haut Ouganda.
Mais une autre personne, censée être un peu plus intelligente et cultivée que Simone, a déclaré que « l’Europe a exporté en Afrique […] le sens de la corruption, la violence qui dévaste ». Et cette personne est Benoît XVI.
Avant l’arrivée des blancs, les noirs étaient des gentils gens qui vivaient en parfaite harmonie, sans jamais se battre et sans jamais se laisser acheter. Les blancs sont arrivés, et il y a des noirs qui ont suivi le côté obscur, et qui sont devenus bagarreurs et corruptibles.

 

Quand on parle de certaines races de chiens, on entend dire que ces chiens ne sont pas violents, que c’est l’élevage qu’on en fait qui les rend violents. Et ben les noirs c’est pareil : le noir est gentil, mais si on l’élève avec des coups de bâtons, il peut devenir méchant. Oui, les noirs sont les égaux des chiens, vous ne le saviez pas ? C’est vrai, puisque c’est le pape qui l’a dit.
Bon, c’est vrai que y’a des noirs qui ne deviennent pas violents non plus, mais ils sont tellement fainéant ces gens-là ! Y’a qu’à voir comment ils vivent dans leur pays : toute la journée à ne rien foutre, et après, on s’étonne que l’Afrique soit pauvre…

 

Refuser à quelqu’un le droit d’être un enfoiré, uniquement en raison de ses origines ethniques ou de la couleur de sa peau, c’est un peu comme l’insulter à cause de ses origines ethniques ou de la couleur de sa peau : parce qu’ils étaient noirs, les noirs ne connaissaient ni la violence ni la corruption. Les blancs par contre connaissaient ces choses. Donc les noirs étaient inférieurs. Parce qu’ils étaient noirs. CQFD.

 
Un jour, il va bien falloir sortir du mythe du bon sauvage, et accepter que tous les individus peuvent être tour à tour des gens sympas, des connards, des gens ouverts, des gens renfrognés, uniquement parce qu’ils auront envie d’être comme ça. Pas à cause de la couleur de leur peau.

 

On termine par une citation de Björk (c’est dire si le niveau de mon blog est tombé bien bas) : J'ai le droit d'être idiote ou intelligente. Et j'ai aussi le droit d'être les deux à la fois. Je refuse d'adopter seulement l'une de ces deux attitudes. Et si c’était pareil pour les noirs ?

 

Matthieu

Publié dans critiquons

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Kévin 19/05/2005 18:16

Il faudrait conseiller à Simone le livre de Gaston Kellmann : " Je suis noir et je n'aime pas le manioc " ...

enculé 19/05/2005 18:02

vraiment, y a des connards par tout, c'est le 1er blog que je lis et surement le dernier

Matthieu 16/05/2005 18:59

Yael > Ben c'est pas que je les attire, c'est qu'elles sont partout. Non puis franchement, Simone, elle est assez sympa.
Abadidon > Et c'est pas moi qui vait te contredire

abadidon 16/05/2005 17:10

Hé oui... comme je le dis souvent, la connerie n'a pas d'âge, pas de sexe et pas de couleur de peau...

yaelz 16/05/2005 12:03

Faut dire que les Simone, les Martine, tu sembles les attirer pour mieux les descendre sur ton blog, saligaud!