Dans ma basse-cours il y a...

Publié le par Matthieu C.

Puisque certains l’ont réclamé à corps est à cris, voici quelques phrases entendues au bureau la semaine dernière. Bon, j’en ai noté 3, vous vous doutez qu’il y en a eu beaucoup plus, mais j’ai dû opérer une sélection sévère pour ne vous livrer que la crème des choses subies. Oui, parce que à ce niveau de connerie, c’est plus de l’écoute, c’est de la torture.

 

On commence avec une phrase entendue de la bouche d’une personne travaillant dans le social. Ca se passe dans la salle dans laquelle il y a la machine à café. Affalée sur une chaise, un café dans une main, une clope dans l’autre, elle a le visage des filles qui brûlaient leurs soutiens-gorge en mai 68 et qui ont maintenant une maison dans un quartier résidentiel. Elle porte souvent (toujours en fait) une espèce de pantalon en toile, qui lui fait les fesses plates (elle a peut-être brûlé sa culotte aussi sur les barricades de mai 68). Bref, elle était à demi-couchée sur sa chaise quand une de ses collègues lui a demandé :

- « Comment ça va ? »

Et elle a eu cette réponse : « Oh, on rame comme des galériens ». Connasse.

 

Toujours dans la salle de la machine à café, quelques jours après. On était là en train de discuter en fumant (quand je dis « on », c’est 2 personnes qui bossent avec moi et moi-même), quand on se met à parler de la Côte d’Ivoire, avec les problèmes qu’il y a en ce moment. A côté de moi, une petite femme portugaise, brune aux cheveux courts avec l’accent de Linda de Suza. En entendant qu’on parlait de laCôte d’Ivoire, elle a eu cette réflexion :

- « Ah non mais de toutes façons il faudrait leur donner leur indépendance ! ».

Heureusement, aucun ivoirien n’était présent, il lui aurait peut être balancé son café à la gueule pour l’aider à se rappeler que la Côte d’Ivoire est indépendante depuis 1960.

 

On continue avec Simone. Oui, je sais, vous vous faisiez du souci pour elle, je ne vous en parlais plus. Et bien, je suis heureux de vous annoncer que Simone va bien. Elle est même au meilleur de sa forme en ce moment. On parlait de Sophie Marceau, qui a laissé apparaître un sein au festival de Cannes. A mon avis, elle a bougé l’épaule pour que la bretelle tombe, mais pas grand monde ne semble partager cette analyse. Bref, on parlait de Sophie Marceau, puis on en est venu à dire combien cette pauvre fille était dépourvue de toute chose pouvant s’assimiler, de près ou de loin, à de l’intelligence. A ce moment-là, Simone a eu cette superbe remarque :

- « Moi j’aimerais bien être comme Sophie Marceau hein, même un peu gourde ! »

Et ben félicitation Simone, tu as déjà fait la moitié du boulot.

 

Une petite dernière pour la route, mais ce n’est pas drôle. Ca vient d’une personne qui travaille dans le social aussi. Alors qu’elle était à la machine à café depuis 20 minutes au moins, je l’ai entendu dire : « ah non mais de toutes façon, j’ai plus le temps d’aller visiter les familles ». Saloperie…

 

Matthieu

Publié dans le bureau

Commenter cet article

Alexandre-Gabriel 08/08/2005 02:38

Beaucoup d'humour dans ces trois phrases et pourtant... elles sont le reflet d'un quotidien que nous partageons partout, même au Québec ! Bisou de Montreal

matthieu 06/06/2005 17:42

Leno > "Il y a même des canards qui barbottent dans la mare"...
Pour le "saloperie" de la fin, il y a une explication: comme je l'ai écrit, la remarque vient d'une personne qui travaille dans le social, qui y travaille tellement qu'elle est assistante sociale, c'est à dire qu'entre autres, elle doit veiller à la protection des gosses. Et l'entendre dire qu'elle avait pas le temps de visiter les familles, ça m'a vraiment glacé, c'est pour ça...

Leno 06/06/2005 17:03

dans la chanson ça dit "des poules, des dindons, des oies" (je connais mes classiques). On a les poules et les oies, mais ils sont ou, les dindons ? Et les canards ?
ça va, j'arrete de parler de galinaçées. (style Werberien pour parler de la volaille)
enfin je voulais dire que ça me choque quand je vois ecris "saloperie" à la fin. C'est gratuit. "Feignasse", peut-etre. Mais saloperie... c'est disproportionné. Je trouve.

matthieu 05/06/2005 19:16

Patrice > C'est possible oui !
Tempete > Si, on s'ennuie tous les jours!!! Non mais là, c'est un best-of, des fois, personne ne dit de conneries...
Leno > Relents haineux pas très net? Qu'est-ce que tu sous-entends? Je vois pas du tout là

Leno 05/06/2005 18:57

dis donc, t'es rude...si Sophie Marceau est une "pauvre fille", je veux bien savoir qui trouve grace a tes yeux.
t'es sur qu'il y a pas des relents haineux pas trés nets, la-dedans ? ou il y a aussi des spécimens hommes dont tu peux nous parler ?