Joies du retour

Publié le par Matthieu C.

Et oui, après les congés de noël, faut bien revenir au bureau pour le dur labeur quotidien. Et je peux vous dire que pour un retour en fanfare, ça a été un retour en fanfare. En fait, j'ai rattaqué hier, et j'avais oublié que chaque jour apportait son lot d'émerveillement et de surprises.

Pour commencer, le chef a eu la délicieuse idée d'acheter des plantes artificielles pour égayer l'ambiance dans le bureau (à  mon avis, seule une dose massive de prozac permettrait d'arriver à  ce résultat, mais bon…). Mais pas des petites fleurs, non, des arbustes de 2 mètres de haut. Et c'est quand on voit les fleurs violettes en tissu nylon qu'on se rend compte que, décidément, le chef est un homme de goût. Plus kitsch, après, y'a le portrait de Dalida sur plaque d'alu, ou des petites vierges en plastique pour mettre de l'eau bénite. Bon, il n'a pas pris non plus que des fleurs violettes, il en a pris des jaunes. Et ben, autant les violettes sont moches et mal faites, autant les jaunes sont à  vomir. Une espèce de jaune poussin sur lequel un psychopathe aurait lancé de la peinture marron (ou autre chose, mais restons dans la poésie).

Jean-Claude, le national socialiste, a reçu, de la part de sa famille, un téléphone portable. Non, mais, franchement, faut être con pour offrir un portable à Jean-Claude. C'est un peu comme si on offrait un traité de psychanalyse lacanienne à Lara Fabian. Le pauvre Jean-Claude, la première chose qu'il m'a demandé, c'est "combien ça coûte un truc comme ça?" J'ai failli répondre "trop cher pour vous l'offrir". Il a 59,5 ans, et il ressent le besoin puéril d'exhiber son cadeau de noël en s'inquiétant du prix. En plus, vu le portable (samsung à clapet), c'est un truc qui a pas coûté plus de 70 €. Le pire a été atteint ce matin, puisque ledit portable a émis un petit carillon criard et disgracieux toutes les 5 minutes entre 8 heures et 9 heures 10, jusqu'à  ce qu'il comprenne qu'en fait, la batterie était vide. J'ai cru que j'allais lui faire bouffer son portable qui clignote, ce qui est pratique pour le retrouver (alors là, c'est très con; parce que le portable fait 10 cm de haut, et la lumière qui clignote faiblement à  peine 1 cm. Alors si déjà t'es miro au point de pas voir ton portable, c'est pas la loupiote qui va t'y aider).

Enfin, je dois avouer qu'un miracle de noël a eu lieu. Oui, c'est vrai, j'ai dit que les miracles de noël n'existaient pas, qu'il ne fallait pas sombrer dans la naïveté, j'ai même été, aux dires de certains, sinistre. Mais j'avoue, j'ai eu tort. Le miracle de noël existe, et il a touché Martine (oui, en même temps, c'est elle qui en avait le plus besoin hein, comme quoi les miracles de noël ne frappent pas au hasard).

Elle m'a dit: "hier [dimanche], j'ai pensé à  toi à  cause de la neige".

Et que Martine pense, je ne sais pas vous, mais moi, j'appelle çaa un miracle.

Matthieu

 

Publié dans le bureau

Commenter cet article