On a besoin d'amour

Publié le par Matthieu C.

« Moi j’ai besoin d’amouuuuuur, des bisous des câlins j’en veux tous les jouuuuuuuurs, j’suis comme ça » chantait Lorie à l’époque où elle ne faisait que commencer à être l’idole des adolescente pré-pubères et des adolescents post-pubères (ben oui, chanter «j’ai besoin d’amour » en haut de maillot de bain et avec un short qui risquerait de lui faire attraper un rhume de cerveau, ça a de quoi réveiller l’instinct prédateur de certains).

 

Frédéric Bourdin aussi a besoin d’amour. Des bisous des câlins il en aurait voulu tous les jours. Mais il n’en a pas eu. Elevé dans des pensionnats, il n’a pas eu d’affection, et il s’est arrêté de grandir. Et il cherche l’amour à tous prix. Il a eu 31 ans mardi, et va passer en procès en septembre prochain. En fait, comme il s’est arrêté de grandir (je parle au sens figuré hein, ça n’a rien à voir avec « le tambour »), il se fond dans la masse des gens de son « âge » , des gamins de 15 ans. Il a réussi à se faire passer, pendant 1 mois, pour un élève de 4ème dans un collège où il s’est bien intégré. Bizarrement, personne n’a rien remarqué avant, et Frédéric Bourdin, rasé, épilé, habillé comme un gosse de 15 ans avait réussi à être ce qu’il voulait : « un parmi d’autres ». Oui, Frédéric Bourdin est un pauvre type.

 

Mais être un pauvre type n’est pas encore un délit en France. Son procès sera pour un truc un peu différent. Frédéric Bourdin s’est présenté chez des gens de la région de Grenoble qui était sans nouvelles de leur fils disparu depuis 8 ans. Et il s’est fait passé pour lui (non, Frédéric Bourdin ne s’est pas fait passé pour Frédéric Bourdin, il s’est fait passé pour le fils disparu) pendant 3 mois, jusqu’à ce que le pot aux roses soit découvert. Pour avoir fait la même chose aux Etats-Unis, il a été condamné là-bas à une peine de 6 ans de prison.

 

Et je ne sais pas si c’est une si mauvaise chose que ça pour les parents. Parce qu’ils ont dû être désespérés après la disparition de leur fils, sursautant à chaque fois qu’une silhouette ressemblait à celle du fils disparu, espérant secrètement son retour. Et voilà qu’il revient. Vous imaginez la fête ? C’était pas une naissance, c’était une résurrection. Ces gens ont dû passer les 3 mois les plus merveilleux de leur vie. Avant de connaître, je pense, un véritable enfer après avoir découvert la vérité.

 

Mais finalement, qui est Frédéric Bourdin à part un trop adapté (contrairement à un inadapté) ? Parce que tout le monde veut être aimé, câliné, chouchouté. C’est vrai que revivre l’insouciance de ses 15 ans peut être tentant pour certains. Et ben Frédéric Bourdin va jusqu’au bout. Il réalise ce dont il avait envie. Il voulait être aimé ? Il va chercher l’amour là où il se trouve. Quitte à mentir. Et comme il le dit, il ne voulait faire de mal à personne. Il a juste oublié de penser à ceux qui l’entouraient, tant sa quête d’amour était vitale pour lui.

 

Et que penser d’une société qui est incapable de s’occuper de quelqu’un qui a tellement besoin d’amour qu’il est prêt à voler la place d’un enfant disparu pour recevoir cet amour ?

 

Matthieu

Publié dans C'est pas drôle

Commenter cet article

Jerome 11/12/2006 17:43

La société doit-elle être tenue pour responsable des lourds problèmes psychologiques de certains de ses sujets. Frédéric Bourdin est à mes yeux aussi immonde qu'un Jean-Baptiste Grenouille, il est malheureusement réel et donc moins talentueux... Sa place est à Cadillac...

Matthieu 19/06/2005 07:23

Jenifer > Stillnox ? Je connais pas. Et non, je n'ai pas accès aux adresses IP...
Sénio > Heureusement qu'on a eu des nouvelles depuis !
Leno > En fait, si, c'est peut-être un peu pareil. Sauf que la femme fait ça avec un homme, tandisque Frédéric Bourdin fait ça avec tout le monde.
Cecilia S. > Merci d'être revenue, vous me soulagez. Par contre, n'hésitez pas à venir la nuit aussi, vos messages de la nuit sont teintés de mystères et de poésie (désolé, je sais plus ce que je raconte)... Enfin, bienvenue parmi nous. Pour Roger, je ne peux rien dire pour le moment...

Cecilia S. 18/06/2005 14:23

Devant vos appels incessants (si, deux remarques à props de MoiMoiMoi, on peut dire que c'est limite du harcèlement), je reviens, mais à une heure correcte, parce qu'ils ont décidé que dormir deux heures par nuit c'est bien si on veut suivre la "Napoléon-philosophy", mais sinon c'est carrément con et anormal - je partage leur avis sur ce dernier point. Ah oui, le terme "ils" englobe les respectables membres du corps médical à s'être penchés sur mon cas. Donc ayant été déclarée "source d'anxiosité", j'ai eu le droit à une prescription de Stillnox, et ils vont tenter sous peu une greffe de la zone cérébrale destinée au déclenchement du sommeil (non, ça s'est pas vrai, c'est juste pour que ça fasse un peu "Urgences-on-demande-le-docteur-Carter-en-salle-d'op"). Donc j'écris dans une tranche horaire plus raisonnable, c'est à dire celle où les gens normaux sont debout, même si c'est pas pratique avec la perfusion de Lexomil qui entrave mon mouvement.
Par rapport à l'article, je suis tout à fait d'accord avec Leno... Le cas est similaire, tout est une question de vérité (aucun message subliminal à l'intention de Nicolas, qu'on soit bien clair) à dire ou à omettre d'expliquer, pour être un peu aimé. En fait, à une plus petite échelle, on est tous un peu comme Frédéric Bourdin, parce qu'ils sont peu les gens à qui on montre tout, et pas seulement ce qu'on voudrait être à leurs yeux. On prétend un peu, beaucoup. En tout cas triste histoire... Je vous avais bien dit que j'étais navrante, pendant la journée!
Je voudrais aussi protester contre le fait que Roger ne réagit plus à nos commentaires. On comprend très bien qu'il soit annéanti par l'échec scolaire de son fils cadet (d'ailleurs on n'entend plus du tout parler ni de l'aîné ni de Sandy-les-gros-tétés) et par le départ de Sylvette, mais il faut se ressaisir, que diable. Ou alors il est trop accaparé par sa nouvelle conquête? Mais qu'il nous réponde... Mathieu, s'il vous plaît, faites vous l'interprète de notre compassion.

Leno 18/06/2005 12:32

8 ans..
Le retour de Martin Guerre..2

Après, on peut aussi dire qu'une femme qui a un enfant et qui dit a un homme que c'est le sien (alors que c'est faux), c'est aussi pour etre sure qu'il l'"aimera".
mais on va surement me dire que ce n'est pas la meme chose.

Sénio 18/06/2005 12:31

Eric et Matthieu > m^me qu'on appelle ça les "alloc-quequette"

Cecilia ne danse plus le chacha ?