Ma liberté de penser

Publié le par Matthieu C.

« Salut, comment tu vas ? Salut, c’est encore moi ! » chantait Joe Dassin à une époque où voyager en Iraq était très bien vu, surtout par Jacques Chirac qui allait serrer la main de son ami Saddam Hussein avec plaisir.

 

Tout ça pour dire qu’ils ont libéré Florence dimanche. "Florence outragée ! Florence brisée ! Florence martyrisée ! mais Florence libérée !" Oui, Florence est libre ! Alleluia ! Gloria inexelsis Deo ! Chantez louange à Dieu dans les campagnes, Florence a été libérée !!!

On l’a vu descendre d’avion, faire coucou, embrasser ses parents, embrasser le Président (hannn, elle a embrassé le Président) puis elle a dit des blagues où tout le monde à ri, puis le lendemain elle a été, je cite, « se reposer dans les locaux de la DGSE » (et c’est bien connu qu’on se repose dans les locaux de la DGSE), puis elle a fait une conférence de presse où elle a encore dit des choses de façon drôles pour que tout le monde rigole, tout le monde a rigolé, puis elle a été au JT de France 2, puis au JT de TF1 pendant que France 2 diffusait l’interview, puis le lendemain elle était sur France Info puis sur France Inter.

 

Ridicule. Déjà, quel est l’intérêt de filmer sa descente d’avion ? Ensuite, pourquoi TF1, au moment du JT où intervenait Florence Aubenas, affichait un slogan « EN DIRECT » en gros ? Parce que ce qu’elle disait sur France 2, et qui était enregistré, était tout aussi intéressant. Elle n’intervenait pas sur une actualité à ce point brûlante qu’elle dévalorise les témoignages enregistrés.

 

Elle est jolie Mme Aubenas (oui, quand on parle des gens avec respect, on met le titre devant. Par exemple, pour parler de Jacques Chirac, on dit  « Monsieur Chirac ». Bon, ok, pour parler de Mouloud Ben Bakri, on dit « Mouloud ». Mais ça n’a rien à voir). Avec ses petits yeux bleus, assortis à son chemisier, sa voix un peu éraillée et l’émotion qu’elle transporte, elle est belle même. Et émouvante. Et drôle aussi, quand elle raconte de façon décapante comment elle a réagi quand elle a vu le message « Florence Hussein 140 jours » à la télé.

Mais là, Florence elle commence à me péter les couilles. Et c’est même pas de sa faute.

 

Lorsqu’elle était otage, nous disaient les médias, nous l’étions aussi. Ben moi pas. Je n’ai jamais été otage. Elle l’a été toute seule, parce qu’elle s’est trouvée au mauvais endroit au mauvais moment. Avec un type qui était colonel dans l’armée de Saddam Hussein. Un enfant de chœur quoi.

 

Il n’est plus possible de travailler en Iraq « en immersion » (en allant dans la rue et en parlant avec les gens) a-t-elle dit. Et elle a ajouté que c’était dommage, et que les journalistes étaient donc obligés de bosser dans leurs chambres d’hôtel, sous la protection de l’armée. C’est plus du journalisme, c’est de la propagande. Et plutôt que de nous dire que c’est une catastrophe si jamais il n’y a plus un journaliste français en Iraq, parce qu’il en va de l’avenir de la démocratie, pourquoi ne va-t-on pas voir ce qui se passe au Maroc, en Tunisie au niveau des droits de l’homme… Bref, dans des pays où il n’y a pas de guerre, où les journalistes pourraient faire leur travail en s’entourant de précaution ? Et nous parler de la censure et de tous ces trucs qui pourrissent autrement la démocratie que l’absence de journalistes à un endroit où il n’y a rien à raconter (parce que pour les morts, on a les agences de presse qui nous les disent très bien).

 

Matthieu

Publié dans critiquons

Commenter cet article

Luxiback 20/06/2005 21:21

Si les ravisseurs irakiens sont touchés par des lâchers de ballons et des concerts de Calogero alors je me demande pourquoi des êtres aussi sensibles s'abaissent à enlever de pauvres journalistes innocents...

Matthieu 17/06/2005 17:04

Luxiback > Oui, le décrochage a aussi été un bon moment...
Bienvenu > J'espère qu'on va échapper au bouquin, parce que je l'aime bien en fait... Mais si elle fait le bouquin...
Chercheuse > Les gouvernants n'ont que faire des pressions. Il y a longtemps que la pression de la rue ne sert à rien. Ingrid Betancourt est une politique, qui a la double nationnalité, le problème est autre. Et là, lers lâchers de ballons, le fait de se tenir les mains était d'un ridicule consommé...

chercheuse-d-horizon 17/06/2005 00:27

Bonjour, je suis nouvelle par ici, je me permets de vous livrer quelques reflexions sur le sujet :
Je crois que les concerts et les lacher de ballon servent à deux choses : d'une part "faire pression" sur le gouvernement qui comme chacun sait cherche à faire plaisir à ses futurs electeurs (quoique là, je sais pas si ça suffira ;o))Avec une mobilisation pareille, ils avaient intérêt à se bouger. D'ailleurs, si on compare Ingrid Bétencourt et florence Aubenas, on ne peut que constater que la longueur de la captivité est inversemnt proportionnelle au "bruit" fait en France sur le sujet. D'autre part, comme elle l'a dit et l'a dit Serge july, plus on se mobilise plus il y a de chances que les ravisseurs le sache et que ça atteigne les otages. Ce qui a été le cas puisqu'elle a vu un bandeau défiler sur TV5. On imagine combien ces quelques secondes ont pu être importantes pour son moral, donc mobilisation continuelle = chance que les otages finissent par en appercevoir un bout.

En ce qui concerne les journalustes en Irak, je suis un peu partagée mais je ne crois pas que ce soit une bonne idée que les seules infos que l'on aient soient diffusées par ceux qui sont sur place et ont les moyens de communiquer: les américains.
Et, Mathieu les agences de presse qui nous informent, comme tu le dis, elles obtiennent bien leur infos pr des journalistes sur place, non ?

bienvenu parminout 16/06/2005 20:39

Bon OK, c'était hyper médiatiquement récupéré. maintenant elle va faire un bouquin ( sans doute déjà écrit par un pro , Au fait on ne parle pas beaucoup d'Ingrid Bétancourt détendu en Colombie avec 3000 autres otages depuis février 2002 (1209 jours)

Luxiback 16/06/2005 20:11

Moi ce qui m'a le plus édifié c'est quand on a filmé le décrochage des pancartes avec leur photos, pour le "geste"... Mais je dois être stupide j'ai toujours pas compris en quoi les concerts et les lâchers de ballons ont pu faire libérer les otages... Quant aux gens qui se serrent tous les mains pour envoyer de l'espoir à Florence-et-Hussein (oé c'est comme ça qu'on dit) bin ça me dépasse!