Quand s'éveillera l'Afrique

Publié le par Matthieu C.

« Je suis amoureuse, d’une terre sauvage, un sorcier vaudou m’a peint le visage, son grigri me suit, au son des tams-tams, parfum de magie sur ma peau blanche de femme, Africa » chantait la pauvre Rose Laurens à une époque où Toto chantait un autre Africa, la concurrence ayant été terrible.

 

Bref, tout ça pour dire qu’on va bientôt enterrer l’Afrique avec ses habitants si on continue comme ça. Oui, à force de José Bové, de contre-forum de Davos au Brésil et d’annulation de la dette, on va jeter un continent dans le mur. On s’en fout allez-vous me répondre, y’a que des nègres. Ben oui mais quand même.

L’annulation de la dette tout d’abord : c’est une escroquerie. Le FMI, fond géré par des libéraux occidentaux, n’efface pas la dette des pays concernés. Ce sont les pays riches qui vont rembourser au FMI. Lequel se fera une joie, la prochaine fois, de recommencer à prêter de l’argent aux pays les plus pauvres en n’oubliant pas ses fameuses recommandations, comme libéraliser l’accès au marché intérieur. Ca c’est important pour la suite.

José Bové ensuite : le connard universel est paysan. José Bové est contre la mondialisation. Il n’a pas compris que la seule chance de l’Afrique était justement la mondialisation, avec des conditions égales pour tous. En fait si, il l’a compris, mais il s’en fout. Il est contre la suppression des subventions à l’exportation… Actuellement, un paysan français qui produit du maïs vit de la vente de son maïs, des aides françaises, européennes (parce qu’il produit du maïs et parce qu’il n’en produit pas trop) et éventuellement de primes à l’exportation. Ce qui fait que le prix de vente n’est pas aussi important que s’il n’y avait pas d’aides. Ces aides font mécaniquement baisser le prix du maïs. Un paysan malien qui produit du maïs vit du produit de la vente de son maïs. Point barre. Et comme le maïs hyper subventionné du paysan français arrive aussi au Mali, et qu’il ne coûte pas le *vrai* prix (le prix de la sueur et tout et tout), le paysan malien se retrouve comme un con parce que la maïs du français coûte moins cher que le sien.

 

C’est pas un système sympa pour tuer l’Afrique ça ? On manifeste contre la mondialisation, contre le libéralisme qui veut enlever les subventions, pour l’égalité de tous, on efface des dettes, et d’un autre côté, on fait baisser le prix des marchandises produites par la partie la plus riche de la population mondiale… Comme ça, si les pays africains qui vivent essentiellement de l’agriculture s’en sortent, on aura la preuve que dieu existe, parce que sinon…

 

Les américains sont allés chercher le pétrole en Iraq. Au début, ils ont viré Saddam, mais maintenant, ils sont là-bas pour le pétrole. Au rythme de développement actuel, dans 20 ans, 1 habitant sur 5 n’aura pas accès à l’eau (mais le paysan s’en fout, il continuera d’arroser envers et contre tout). Le jour où il y aura une guerre pour l’eau, ceux qui se battront parce qu’ils n’en ont pas n’auront rien à perdre.

Et ce jour-là, quand il y aura une guerre de l’eau, ceux qui n’ont rien à perdre n’auront pas peur de massacrer et de se faire massacrer. Alors on saura que la fin de l’Afrique a commencé…

 

Matthieu

Publié dans C'est pas drôle

Commenter cet article

Babelmandeb 07/07/2005 08:05

Bravo pour ce blog fait d'analyses personnelles très pertinentes. Mon blog s'intéresse également à l'Afrique, un peu différemment je crois.
Bonne continuation...
babelmandeb

sophie 22/06/2005 14:02

merci be&aucoup pour votre blog, et ses articles qui disent tout haut ce que d'autres pensent tout bas

sébastien 20/06/2005 17:21

D'accord avec toi sur le problème des aides à l'exportation. L'exemple le plus frappant porte sur le coton américain qui est archi-subventionné, ce qui tue les producteurs d'Afrique de l'Ouest.

Cela étant, il faut aussi dire, sinon ce ne serait pas totalement honnête, que certains pays africains, pourtant riches de leur sous-sol et de leurs plantations, prennent un malin plaisir à se tirer des balles dans le pied.

La Côte d'Ivoire est l'exemple le plus parlant. Fort d'énormes potentialités, ce pays se meurt dans une guerre civile latente.

Le livre de Stephen Smith, reporter au Monde et spécialiste de l'Afrique, porte d'ailleurs en grande partie sur ce thème : l'Afrique doit se prendre en charge, ses dirigeants avoir le courage de mettre en place des administrations efficaces en mettant fin à la corruption généralisée.

Il existe d'ailleurs des pays qui, forts de ces changements, commencent à décoller (cf un numéro récent de "Courrier International").

Mais, sur le fond, d'accord avec toi : la mondialisation est aussi une chance pour ces pays, me semble-t-il.

Matthieu 20/06/2005 17:04

Fifi > Ben non boude pas, j'ai pas dis qu'il était mal fait ! reviens !!!

Fifi 20/06/2005 08:35

Houlalala je viens de voir le blog de Lang de Blois et j'ai un big problème : je le trouve archi bien foutu. Je m'attendais au pire. Keskisspass ici ? Je suis aveuglément mon chef de tribu et boum, je fais le malin en disant à tous mes amis que Lang se la pète grave mais j'étais pas allé voir. C'est pas bien de tout casser comme ça. Le mec il en a je trouve. Allez ciao, là je boude pour au moins trois jours :-(