Le prix de merde

Publié le par Matthieu C.

 Bon, en ce moment, c’est la saison des prix littéraires. Tous ces prix prestigieux sont décernés dans un restaurant prestigieux, à une maison d’édition prestigieuse.

 

Pour suivre le courant, j’ai décidé d’attribuer moi aussi un prix. Ce sera le prix Crasse, récompensant le roman le plus merdique que j’ai lu cette année. (Mais qui ne sont pas paru cette année). Je décernerai ce prix depuis la pizzeria qui se trouve au bout de la rue, dans lequel le patron, enfermé dans sa chemise bleue auréolée sous les bras, boit son pastis directement à la bouteille. Vous êtes tous cordialement invités.

Alors, pour cette année 2004, les 5 nominés sont (ben oui, y’a des nominés et un vainqueur. C’est un prix sérieux) :

 

1- Marc Lévy « Et si c’était vrai ». L’histoire d’un architecte qui découvre une femme dans le placard de sa salle de bain. Bon, c’est un fantôme, mais il tombe amoureux de ce fantôme qui est en train de mourir dans un hôpital (en fait, c’est pas le fantôme qui meurt, c’est le corps du fantôme, parce que le fantôme n’est pas encore mort). Un roman palpitant de connerie. De la vraie bouillie à la sauce Werber.

2- Hervé Guibert « Le mausolée des amants - Journal 1976-1991 ». La pauvre vie pathétique d’Hervé Guibert qui cherche à s’autodétruire par divers moyen, diverses rencontres… Pour rendre ce livre intéressant, Guibert ne cite aucun prénom. Il les remplace par des initiales. Un vomi intellectuel. Par contre, on est rassuré sur un point : Guibert est mort, il ne pondra donc pas d’autres merdes.

3- Pascal Pellerin « Tout va bien ». Pascal Pellerin est l’auteur du génial « tout m’énerve ». « Tout va bien » en est la suite. Malheureusement, cette suite est bâclée, le dernier chapitre massacrant le reste du livre, pourtant… oui, insipide, c’est ça. Pellerin nous fait découvrir un héros plus hystérique qu’en colère, qui ferait passe les personnages de «  Pédale douce » pour des héros d’une sobriété monacale.

4- Michel Houellebecq « Extension du domaine de la lutte ». Un pauvre type, le narrateur, mène une pauvre vie dans une pauvre ville (un pauvre Paris) et fait de pauvres théories tout au long du livre. Moins intéressant, vous avez l’annuaire (oui, vous avez aussi Bernard Werber, mais je ne peux pas le citer que pour un livre, il lui faudrait un prix pour l’ensemble de sa carrière).

5- William Faulkner « Sanctuaire ». Désolé, j’ai détesté ce livre mythique (et préfacé par Malraux) de ce prix Nobel (1950 ; en même temps, les prix Nobel, des fois, c’est n’importe quoi). L’errance de gens qui se font violer à l’aide d’épis de maïs, ou lyncher, ou réduit en esclavage ne m’a pas particulièrement intéressé. J’ai dû louper quelque chose.

 

ET LE VAINQUEUR EST :

 

MARC LEVY pour « et si c’était vrai ». Le fait qu’il ait été le Jules de Mylène Farmer a peut-être contribué au succès de cet ancien architecte (en même temps, si ses ouvrages était bâtis comme ses livres, je comprends qu’il ait vite arrêté). Pourtant, pleins de gens se sont rués sur ses livres (mon dieu, quand je pense que ce qu’a écrit Romain Gary s’appelle aussi « livre », j’en ai des frissons) et il a connu un rapide succès. Ce livre s’adresse principalement aux lectrices de Femme Actuelle, qui auraient envie, au moins une fois, d’avoir un livre sans images dans les mains. Marc Lévy, c’est le cucul-la-praline élevé au rang d’art, on baigne ici dans le bon sentiment comme un loukoum dans le miel.

Un extrait pour terminer (attention, c’est… très con) : « Lili n’était partir que depuis quelques heures, et déjà l’atmosphère s’était modifiée. Une résonance indescriptible, certaines odeurs, certaines couleurs semblaient se voiler pour mieux disparaître. ‘Il faut graver nos mémoires, figer ces instants’ murmurait Antoine à voix basse, en montant l’escalier ».

 

Ce serait sympa que Marc Lévy se voile pour mieux disparaître.

 

Matthieu

Publié dans la littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Daylang 05/04/2005 11:13

Je suis pas d'accord et je tiens à le crier haut et fort. C'est sans doute parce que vous n'avez tout les 3 aucun sens du romantisme moderne !!! Marc Levy est le Maitre des histoires d'amour actuelles sans tomber dans le gnan gnan ni la niaiserie ! Faut arrêter de penser que parce que ce sont des histoires d'amour, c'est forcement "les lectrices de Femme Actuelle" qui sont visées !!!
d'autant qu'il n'a pas été le Jules de Mylène Farmer, c'est juste un ami tout comme Salman Rushdie et Amélie Nothomb ( critiquer les en temps qu'auteur et je vous sabre !!! ) Nan mais faut arrêter l'herbe !!!

trukleberyffen 24/01/2005 18:37

levy, c' est mauvais, c' est l' exemple type du romancier auquelle on fait une pub d' enfer. du coup on achete le livre, et quand on le lis, on se dit qu' on aurai mieux fait de se mefié. "et si c' etait vraie" n' as vraiment rien d' original et s' inspire largement de film tel que GHOST.

Mariiiiiie 11/01/2005 21:18

ca fait bizarre de voir qq1 qui pense pareil que  moi niveau best seller litteraire... et dire que ce livre de mar levy a été conseillé par ma prof de francais... y a pas d'histoire, aucun intéret, aucun (euh comment dire ?)univers spécifique au livre et dont tu vas te souvenir n'est créé... apparement spielberg a acheté les droits "sans l'avoir lu" et les actrices hollywoodiennes reveraient d'avoir ce role de potiche... j'ai hate !