La star

Publié le par Matthieu C.

 

Elle était assise là. Là où on lui avait dit. Depuis longtemps, elle avait appris à être docile. Mais que faisait-elle là, se demanda-t-elle soudain ? Elle attendait de rentrer sur le plateau, après être passée au maquillage. Ce plateau, symbole de tous ses rêves, de ses espoirs. Et voilà qu’en ce jour, la télé s’ouvrait à elle.

 

Elle avait grandi en Pologne. Née au début des années 80, son enfance était faite des frustrations et des privations des régimes de l’est. Elle n’avait connu le Coca Cola que bien plus tard (mais n’en buvait quasiment jamais pour ne pas grossir), et s’était mise à rêver devant une Tour Eiffel en plastique doré que son frère, étudiant en France, lui avait envoyé dès qu’il avait pu.

Devant cette Tour Eiffel dont la peinture s’écaillait à force d’avoir été touchée, tripotée, sentie et retournée dans tous les sens, elle rêvait à ce que serait sa vie, dans ce Paris qu’elle connaissait au travers des cartes postales de son frère. Elle se voyait déjà au bras d’un jeune homme beau et riche, avec un vison sur les épaules et un magnifique diamant au doigt.

Elle avait grandi, puis travaillé, puis mis de l’argent de côté, et enfin, avait pu se payer le voyage en France. Et un croissant. Après quoi, elle n’avait plus eu un sou. Mais elle savait qu’elle allait s’en sortir. Elle était belle, elle était grande, elle serait mannequin.

 

Hébergée par son frère, elle avait rapidement prit contact avec des agences. Mais les agences lui demandaient toutes un book, alors qu’elle n’avait pas les moyens de se payer un appareil photo jetable. Finalement, son frère l’avait mise en contact avec l’un de ses clients, producteur. Le producteur avait voulu coucher avec elle. Elle n’avait pas de raison de refuser, ce ne fut qu’un moment à passer, et ensuite, elle savait qu’un rêve pourrait commencer : elle pourrait devenir comédienne.

Mais, avait prévenu le producteur, elle avait un accent épouvantable et ne pourrait pas tourner en français. Elle devrait d’abord faire quelques scènes dans des films avant de devenir une actrice à part entière. C’est ainsi que commença sa carrière de porno-star. 

 

Elle avait commencé avec « autant en emporte le gland », enchaîné avec « des gars, une fille ». Mais sa carrière avait véritablement pris son envol avec « Torrent d’amour ». Elle était appréciée dans ce milieu car elle ne refusait aucune scène. Rien ne lui faisait peur, et elle ne refusait aucun scénario. Bien sûr, elle avait vite compris qu’elle ne serait jamais actrice, qu’elle continuerai à faire des pornos jusqu’à au moins 30 ans, puis qu’elle devrait se caser. Mais ça ne la dérangeait pas. Elle gagnait de l’argent, avait un appartement à Paris, et voyageait pour les besoins de ses films. Elle avait informé sa famille de son métier, ne voyant pas en quoi vivre avec un vrai toit sur sa tête, de l’électricité tout au long de la journée et de l’eau 24 heures sur 24 pouvait être déshonorant. Et sa famille ne l’avait pas rejeté, en partie, et elle le savait, parce qu’elle envoyait une petite somme d’argent tous les mois. Ce qu’elle considérait être une petite somme d’argent, mais qui était le montant du salaire de son père.

 

Elle se trouvait donc là, à attendre son entrée sur le plateau télé, afin de parler de la consécration qu’était le hot d’or qu’elle venait d’obtenir pour « à quoi ça sert la frite si t’as pas les moules ? ». Et personne ne remarquait que son sourire était triste, que ses lèvres gonflées de collagène n’exprimaient pas la joie, ni même l’amusement. Personne ne remarquait non plus que ses yeux ne pétillaient pas. De toute façon, personne ne regardait ses yeux. Tout le monde fixait sa poitrine refaite qui semblait jaillir d’un tout petit top rose, sur lequel était marqué, en lettres de paillettes, Love Me (une idée de son producteur, qui était devenu, depuis, son mari).

 

Et surtout, personne ne voyait, au fond de ses grands yeux tristes, une petite Tour Eiffel en plastique doré dont la peinture s’écaillait.

 

Matthieu

Publié dans C'est pas drôle

Commenter cet article