Le petit con

Publié le par Matthieu C.

Hier, j'ai encore eu un commentaire à propos de la note sur Bernard Werber (ici) dans laquelle je disais toutes les choses gentilles que je pensais de Werber. Oui, parce que dire que Werber est médiocre, c'est encore un compliment à mon avis. Mais voyons donc si les lecteurs de Werber ont su s'inspirer de leur maître:

Petit con!

Comme nous allons le voir dans la suite de cette note, il s'agit de l'hommage du vice à la vertu.

j'adore Werber et je kiff grave Obispo!

Et ben... à mon avis, tu devrais kiffer grave l'école plutôt, ça te serait plus profitable. Mais aimer les deux ne me semble pas incompatible, au contraire. Ce sont deux êtres tellement profonds, avec des messages d'une telle puissance... Je suis sûr que, dans le futur, des exégètes se pencheront sur la pensée d'Obispo pour en tirer toute la substance.

Tu te plantes sur tte la ligne dans cette note!

Quel argumentation poussée... Il n'y a plus aucun doute: ce garçon est effectivement un lecteur de Werber, et les derniers neurones semblent touchés. Si ça continue, il va courir pour aller acheter l'oeuvre intégrale de Werber regroupée dans un coffret en forme de cerveau (Juppé dit bien qu'il n'était au courant de rien pour les emplois fictifs à la mairie de paris, alors Werber peut bien sortir ses livres dans un coffret en forme de cerveau non ?)

d'ailleur tu te plantes tt au long de ton blog qui en + de se nourrir de choses intelligentes,

Lui, je sais pas de quoi il se nourrit, mais semble-t-il pas du dictionnaire. En plus, en principe, lorsqu'on dit “en plus de... il...“, la seconde idée continue sur la lancée de la première. Ici, pas du tout. Cette pensée n'est pas structurée, les fautes parsèment ce commentaire, le vocabulaire est constitué de 60 mots... Pas de doute: ce garcon écoute Obispo en lisant Werber (on ne déconseillera jamais assez ces activités aux jeunes; en effet, trop de réflexion tue la réflexion)

ne sait pas les digérer de la bonne maniére!

Curieux... moi, j'aurai mis “manière“. Mais sans doute Werber lance-t-il au travers de ses adeptes une de ces révolutions dont il a le secret, afin que l'orthographe soit plus accessible, et que tous les intellectuels qui le lisent puissent enfin écrire sans fautes.

Bref, petit con!

C'est marrant ça, écrire “bref“, comme si le reste de l'argumentation était si poussé qu'une conclusion s'imposait. Mais bon... Il y a bien un dernier paragraphe dans les livres de Werber. En plus, c'est la 2ème fois qu'il écrit “petit con“ en 4 lignes. Je pense qu'il s'agit de l'idée maîtresse de son petit mot.

un sage !

Tellement sage et courageux qu'il ne laisse ni de mail, ni de lien vers un blog, rien. Pas une trace. C'est ce qui me pousse à lui répondre ici, et pas à la suite de son commentaire.

Quand on voit des trucs comme ça, on se dit que Werber et Obispo sont bien défendus. Avec de tels avocats, ils n'ont pas besoin de procureurs.

Matthieu

Publié dans critiquons

Commenter cet article