L'injure

Publié le par Matthieu C.

Dans la série « je me fout de votre gueule », une mention spéciale aujourd’hui à Christian Poncelet, le vieillard président du Sénat.

Ledit Poncelet a déclaré que (attention c’est énorme) contester l’élection de Charles Pasqua au Sénat est « faire injure au suffrage universel ». Il ne lui vient pas à l’idée que c’est l’élection de Pasqua qui est une injure. Pasqua, c’est un type qui a plus de casseroles (au cul) que tous les quincailliers des Hauts-de-Seine réunis. Il court les élections (il était là aux européennes) pour bénéficier d’une immunité parlementaire, et il n’inspire désormais pas plus de crainte qu’un chihuahua anesthésié.

 

Donc, il faut prendre, d’après Poncelet, l’élection du vendeur de pastis au sérieux.

D’ailleurs, pour nous montrer à quel point c’est sérieux, Poncelet ajoute que les grands électeurs sont « des gens qui connaissent la chose publique » et « ont l’habitude des responsabilités ».

 

Un mot sur les grands électeurs : parmi les grands électeurs, on trouve des conseillers municipaux. Ainsi, au bureau, nous avons deux grands électeurs : Le conseiller municipal socialiste (celui qui veut tuer les arabes) et une espèce de dinde qui est à elle seule une « injure au suffrage universelle ». Je vais donc vous dire quelques mots sur Martine (oui, il y a une Martine dans chaque bureau, mais la notre est quand même dans le peloton de tête) : Nous avons un logiciel doté d’un mot de passe qu’il faut changer régulièrement. Pour arriver à se souvenir de ce mot de passe confidentiel (que Martine note sur l’écran de son ordinateur pour pas l’oublier – ben oui, elle peut pas mobiliser son neurone à temps plein pour un mot de passe), le mot choisi est TOUJOURS une ville. Et cette fois-ci, c’est tombé sur MACON. Et Martine, qui fait quand même parti du corps des grands électeurs de la Nation, a demandé :

- Macon, avec ou sans cédille ?

Je me suis mordu la lèvre jusqu’au sang pour ne pas répondre :

- Sans cédille, comme dans « pauvre conne », tu arriveras à te rappeler ?

Cette femme, le jour où y’aura le championnat du monde des connes, j’sais pas si elle gagnera, mais ce qui est sûr, c’est qu’elle sera médaillée !

 

Pour en finir avec Poncelet, pour nous montrer à quel point le Sénat, c’est un truc sérieux, il a déclaré qu’il était « contraint » de faire un troisième mandat à la présidence de cette institution pour vieillards grabataires et séniles (alors qu’il s’était engagé à n’en faire que deux) afin de finir de « grandes réformes ».

De grandes réformes au sénat… J’ai un peu de mal à y croire. Mais, en même temps, si on admet que l’élection de Pasqua est une chose bénéfique pour la démocratie, on peut bien croire que Poncelet va réformer le Sénat (il a quand même 76 ans, c’est l’âge pour commencer des réformes fondamentales), et que Martine a un cerveau...

Ah non ; ça, je vous jure qu’on ne peut pas le croire.

 

Matthieu

Publié dans critiquons

Commenter cet article