Il pince, Monseigneur

Publié le par Matthieu C.

 

C’est aujourd’hui dimanche. Et le dimanche, c’est… le jour du Seigneur ! Nous allons donc parler d’église.

 

Monseigneur (oui, il faut dire comme ça) Minnerath est archevêque de Dijon. Ce saint homme, docteur en gestion, a écrit un livre qu’il a sobrement intitulé : « Pour une éthique sociale universelle ».

Voilà ce que son éditeur dit de ce livre : « Cet ouvrage de l'archevêque de Dijon, qui est professeur des Universités et membre de l'académie pontificale des sciences sociales, vise à donner, de manière non confessionnelle, un code éthique commun aux hommes d'aujourd'hui enrichie de la proposition catholique visant à l'échange entre les cultures. »

 

C’est vrai que ça sonne bien. Mais éthique, qu’est-ce que ça veut vraiment dire ? J’ai du mal à l’expliquer, alors, direction le dictionnaire.

Le dictionnaire de l’Académie Française définit l’éthique comme ceci « Qui a rapport à la morale. Il s’emploie le plus souvent comme nom féminin pour désigner la science de la morale ». Ouai, ben nous voilà bien avancés. Alors, qu’est-ce que la morale ?

La morale, nous dit ce même dictionnaire, c’est la « doctrine relative aux mœurs ». Et les mœurs ?

Les mœurs sont les « habitudes naturelles ou acquises, pour le bien ou pour le mal, dans tout ce qui regarde la conduite de la vie ».

 

Ainsi, le titre de l’ouvrage du Monseigneur signifie : pour des bonnes habitudes dans tout ce qui concerne la conduite de la vie sociale ; autrement dit, Monseigneur nous dicte, dans ce livre, quelle est la meilleure manière de se conduire dans tout ce qui touche au social. Et comme l’humilité est une doctrine de l’église, cette éthique est universelle. C'est-à-dire que les valeurs que dispense ce religieux ont vocation à s’appliquer à tout le monde.

Donc, si vous cherchez à savoir comment vous conduire pour être propre au regard de l’église, achetez ce livre.

 

Ah oui, juste avant que vous ne vous jetiez sur le site Amazon.fr ou Fnac.fr pour acheter ce trésor qui vous ouvrira les portes du paradis, une dernière chose : Monseigneur Minnerath va licencier 8 personnes travaillant pour son diocèse, et ce,  pour des raisons économiques.

 

Et comme nous sommes dans les définitions, je vous en donne une dernière : « Vice qui consiste à affecter une piété, une vertu, un sentiment louable que l'on n'a pas. » C’est la définition du mot « hypocrisie ».

 

Matthieu

Publié dans la religion expliquée

Commenter cet article