Christine Angot

Publié le par Matthieu C.

 

On reste dans les livres avec une future nominée pour le prix Goncourt : Christine Angot.

Angot c’est la passion. La passion à un point que vous pouvez même pas imaginer.

Dans "Les autres", Angot écrit : « Je suis allée pisser aux waters et j’ai vu que c’était sale. J’ai compris qu’Oscar était un homme malade, car ses matières sont molles. Il avait éclaboussé tous les waters. Je ne voulais pas de saleté, j’ai pris une brosse et j’ai nettoyé la saleté ».

Vous le voyez, Christine Angot a une relation très forte avec les toilettes. En même temps, c’est normal, quand on fait de la littérature de chiottes.

 

Christine Angot s’est révélé au grand public (oui, enfin, à moi, les autres la connaissaient peut-être avant) avec son bouquin "l’inceste".

Même ce que Angot pond, Le Pen n’a pas osé le dire. Dans le passage suivant, « elle » désigne Léonore, sa fille de 8 mois.

« Le maçon est en train de carreler le sol des WC. Pendant tout l’après-midi, pas de pipi. J’irai en bas, dans la cour il y a des WC un peu sales. J’abîme mes chaussures. Le maçon s’appelle M. Ahmed. Il est en plein ramadan. Lui, toujours très discret, ce matin m’a regardé. Peut-être à cause des WC, il sait que c’est là que je vais. A nouveau je suis seule dans l’appartement sauf lui et elle. Je ne sors pas, s’il bande et la viole… »

Si ça vous intéresse, le récit du viol continue, mais franchement, ça me branchait pas trop de le taper.

 

Ah oui, pourquoi je vous parle de Christine Angot ? C’est vrai, déjà que l’automne arrive, il fait gris, la rentrée est passée… et en plus, je parle de Christine Angot, franchement, pourquoi pas la tête dans le four directement ?

Notre amie Christine était invitée sur Canal +. Elle a déclaré que si son livre marchait bien, c’est parce que c’était  « un livre avec de la littérature dedans », et que c’est ce que les gens recherchent. (au questionnaire de Proust, quand on lui demande son principal défaut, elle doit répondre « la modestie »).

Je ne sais pas si vous vous souvenez de la pub pour un yaourt avec des morceaux de fruits, mais dans lequel on ne sent pas qu’il y a des morceaux de fruits (oui, faut être tordu pour inventer ce concept, des morceaux de fruits qu’on ne sent pas, autant ne pas mettre de morceaux de fruits).

 

Et bien, les livres de Christine Angot, c’est pareil : dedans il y a de la littérature, mais on ne sent pas les morceaux.

 

Matthieu

Publié dans la littérature

Commenter cet article

Mariiiiiie 11/01/2005 21:29

juste pour savoir, tu publies tes critiques ds un journal ou autre ? bon connais pas du tout ta christine mais vu ce qu'elle t'inspire, j'espere qu'elle va continuer a ecrire a propos de chiottes pendant longtemps!