Des sous pour le Bernie show

Publié le par Matthieu C.

 

Lundi dernier, France 3 diffusait une émission présentée par Michel Drucker et Valérie Benaïm pour récolter de l’argent au profit de la fondation des hôpitaux de Paris. La guest-star de cette émission était la sémillante Bernadette Chirac. Moyennant un appel à 0,56 €, on pouvait gagner des cadeaux prestigieux. Bon, prestigieux, faut pas abuser non plus. Parmi ces cadeaux, il y avait un tête à tête avec Line Renaud (un pauvre gars a téléphoné, et a payé 0,56 €. Quand on lui a annoncé qu’il avait gagné, il s’est dit : chouette, j’ai gagné un foulard le Lorie, une bouteille dédicacée par Véronique Sanson ! Pas du tout, lui a répondu l’hôtesse chargée de lui annoncer son prix, vous avez gagné un tête à tête avec Line Renaud. Entendant ces mots, le gars a allumé le gaz, ouvert la porte de son four, et mis la tête dedans).

Mais attention, il n’y avait pas que des cadeaux de merde, il avait aussi à gagner un repas avec Bernadette Chirac à l’Elysée ! Le cadeau de rêve !

Revenons sur ce repas : je ne sais pas combien de personnes ont gagné, mais je pense que dans l’idée de solidarité si chère à Bernie-égale-de-Paula-reine-de-Belgique, ce serait sympa qu’il y ait au moins un arabe et un Rmiste parmi les vainqueurs. L’arabe, pour le bruit et l’odeur évidemment.

 

Mais quand on est reçu par la première dame de France, on ne vient pas les mains vides. Alors, on lui apporte quoi ? Perso, j’aurai penché pour un bon d’achat chez « Sabrina coiffure ». Mais on peut aussi venir avec des fleurs (attention : offrir un cactus à Bernadette n’est pas une si bonne idée que ça. Par contre, un chrysanthème – dont la signification est : souvenir, gloire, amour terminé – pourrait avoir un certain charme). Donc, vous arrivez avec vos fleurs. Vous les donnez à l’huissier qui les transmet à Bernie. Là, elle vous tend la main d’un air dédaigneux (ben oui, elle a fait un effort pour paraître sympa à la télé, mais vous recevoir, vous, simple français, même pas à particule, elle a du mal). Là, le mieux à faire est de prendre sa main et de lui la serrer (attention : prendre sa main, la tirer vers vous et taper 4 bises à Bernie-sac-à-main sera mal vu). Ensuite, vous passer à table.

Mais on parle de quoi avec Bernie-amie-des-vieux ? De ce qu’on veut, sauf de Sarkozy, de cul (surtout si son mari n’est pas là, puisque rappelons qu’elle avait répondu, à un haut fonctionnaire appelant l’Elysée à 3 heures du matin pour une question d’attentat : « si vous croyez que je sais où est mon mari »), d’argent (on ne parle pas de corde dans la maison d’un pendu), de vos problèmes (elle prend déjà sur son précieux temps pour vous recevoir, vous allez pas en plus l’emmerder avec la diarrhée de votre petit dernier).

Pour immortaliser ce moment, vous aurez amené votre jetable acheté en promo à Liddle (vous en profiterez au passage pour expliquer à Madame le concept de Liddle, un truc qui doit lui être étranger comme un traité de sociologie à un orang-outang) et prendrez pleins de clichés de vous avec Bernie, pour épater vos copains un soir de misère télévisuelle. Bon, en matière d’épate, vous auriez préféré une soirée avec Lorie, mais le jeu est le jeu, et vous, c’est Bernadette qui vous était destinée.

 

Juste pour terminer, rappelons que l’Elysée est la demeure du Président de la République, et que l’entretien de l’Elysée est à la charge du contribuable. Les repas sont donc aussi payés par les contribuables. Le cadeau ne coûtera donc rien à Bernie, mais sera entièrement payé par les impôts et autres recettes fiscales. Rappelons encore juste pour le principe (et dieu sait que Bernadette en a) que le « fait de faire usage sciemment des biens ou du crédit de la société dans un intérêt personnel » s’appelle abus de biens sociaux. La peine encourue pour le délit d’abus de biens sociaux est de 5 ans de prison et 375.000 € d’amende.

Mais ça, c’est en droit privé.

 

Matthieu

Publié dans la télé

Commenter cet article