Paroles, paroles, paroles...

Publié le par Matthieu C.

La semaine dernière, c’était le 14 juillet. Et le 14 juillet, c’est la parade maoïste militaire sur les Champs-Elysées (C’est très joli, mais cet étalage de force militaire m’a toujours fait penser aux régimes communistes, je sais pas pourquoi…). Le 14 juillet, c’est aussi l’interview de Jacques Chirac par des journalistes tout sauf rebelles et insolents. Et jeudi dernier, on a eu aussi droit aux deux minutes de silence musicales sur TF1 dont je parlais dimanche.

 

Ceux de droite qui on vu Chirac l’ont trouvé « déterminé » et « énergique » (Bernard Accoyer, président du groupe UMP à l'Assemblée), «clair et combatif» ,  (Valérie Pécresse, porte-parole de l'UMP).

Ceux de gauche l’ont bien sûr trouvé « exagérément optimiste » (Yann Wehrling, secrétaire national des Verts), voir « en fin de règne » (François Hollande).

Ce qui m’étonne, c’est que personne ne l’a trouve « totalement à côté de la plaque » et « embrouillé ». Parce que sa prestation a frôlé le ridicule souvent, y plongeant (dans le ridicule) parfois.

 

A Arlette Chabaud, qui lui demandait si le système de protection sociale en France était « inutile et obsolète », il a répondu que « le système de protection sociale en France n’est ni utile, ni obsolète ». Je m’attendais à ce qu’il développe l’inutilité, mais non, en fait, il s’est juste trompé de mot. On a un président soit dyslexique, soit tellement à côté de la plaque qu’il ne sait plus ce qu’il raconte.

 

Arlette Chabaud, toujours elle (oui, en même temps, ils étaient deux, PPDA et elle) lui pose une question (je ne sais plus laquelle). Il lui dit (je cite de mémoire hein, j’ai pas pris le discours de Chirac en sténo non plus, et j’ai pas tout regardé, faut pas abuser non plus) : « je vais vous y répondre, mais permettez-moi tout d’abord… je peux vous y répondre tout de suite en fait »… Voilà un gars qui a appris comment gagner du temps dans une interview, mais qui se plante lamentablement quand il s’agit d’appliquer cette méthode.

 

PPDA lui a demandé s’il serait candidat en 2007. Le Président répond qu’il le dirait le moment venu. Et quel est le moment venu ? « Le moment opportun ». Ca aurait pu durer longtemps cette histoire, parce qu’on aurait pu passer en revue tous les synonymes : convenable, propice, bon, utile, indiqué, à propos…

Une précision s’impose : le quinquennat, c’était pour que ne se reproduisent pas les 14 ans de pouvoirs de Mitterrand. Et qu’est-ce qu’on risque de voir ? 17 ans de Chirac. Ben oui, s’il est réélu pour 5 ans, on aura eu 17 ans de Chirac… Mon dieu, j’ose même pas imaginer que ça puisse se produire.

 

Enfin, quand Arlette Chabaud lui demande pourquoi il n’a pas mis les réformes en place trois ans avant, il répond que maintenant, c’est le moment psychologique… Il se fout de la gueule de qui ? Il est politique, pas psychologue. Et bien sûr, aucun des deux ne lui a demandé pourquoi c’était le moment psychologique, pourquoi ça ne l’était pas avant, et surtout, qu’est-ce que la psychologie vient foutre là dedans…

 

Bon, si tout se passe bien, c’est l’avant dernière fois qu’on le voit nous faire son numéro de prestidigitateur raté. Encore une fois, et ce sera terminé… Courage.

 

Matthieu

Publié dans la télé

Commenter cet article

Stéph 24/07/2005 11:01

eh eh ! quand je pense que j'ai râté ça. Y aurait une belle étude linguistique à faire la dessus tiens !

Matthieu 23/07/2005 13:17

XIII > Ah ? ça s'écrit comme ça ?
Enfin, le pire est quand même que tu sois resté dans un ascenseur avec cet... être !!!

XIII 23/07/2005 11:57

Tu pourrais écrire correctement le nom d'Arlette, quand même !!! CHABOT !! Un jour faudra que je raconte sur mon blog mon voyage en ascenseur avec Arlette chez France 2 (l'ancien siège, avant le déménagement dans le nouveau)

Matthieu 22/07/2005 06:29

Ben à mon avis, il est excellent en homme politique (il a quand même réussi à se faire élire 2 fois), c'est en gestionnaire qu'il est mauvais...

Eric Le Vert 21/07/2005 23:50

Ben , si on a pas compris que Cyprius avait un blog .... :)
Bel article mon cher Matthieu , comme d'habitude ; En même temps , le sujet étudié est excellent : Je crois qu'on a un président qui a fait toutes les conneries à ne pas faire (en fait je peux écrire ça , merci la démocratie quand même , sous Pinochet je serais déjà mort!), depuis "mangez des pommes" jusqu'à "j'ai décidé de dissoudre l'assemblée " .
Là où il est trés trés bon , franchement , c'est pour aller tâter le cul des vaches dans les salons agricoles , et manger de la tête de veau . Pour la politique .... Faut voir.
Je sais pas pourquoi , j'ai comme un doute .