L'intérêt du sport

Publié le par Matthieu C.

Les championnats du monde d'athlétisme d'Helsinki sont terminés depuis dimanche. Et là, en ce vendredi, une question me taraude : autant je vois l’intérêt tout relatif d’un marathon (se dépasser sur une distance absurde au point d’être physiquement malade), autant j’ai du mal à comprendre l’intérêt de certaines disciplines :

 

- Le 50 kilomètres marche : comme son nom l’indique, il s’agit de marcher pendant 50 kilomètres. Il faut marcher très vite si l’on veut gagner. Marcher très vite, allez-vous me dire… autant courir ! Et ben non, c’est là le vice de cette discipline : courir est interdit. Il faut juste marcher très vite pendant 50 kilomètres. A moins d’habiter dans une zone désertique dans laquelle l’épicier arabe le plus proche se trouve à 25 kilomètres, et qu’on ait un besoin impérieux de whisky, je vois pas ce qui justifie cette discipline.

 

- Le 110 mètres haies : il faut courir 110 mètres le plus vite possible, en sachant que les organisateurs ont placés 10 haies de 1,067 mètres sur le parcours (oui, parce que si on ne le sait pas, ça va faire le même effet que le 110 mètre haies handisport en fauteuil)… 10 haies de 1,067 mètres… Admettons que le nouveau champion du monde, Ladji Doucouré, se fasse voler son sac de sport. Si le voleur a disposé 10 haies d’une hauteur de 1,067 mètres sur le parcours qu’il compte emprunter, il se fera rattraper. S’il n’a pas eu cette idée, il a toutes les chances de pouvoir ramener chez lui le slip de Ladji Doucouré.

 

- Le lancer de marteau. Il s’agit, pour un homme, de lancer un boulet (attention, ce boulet doit être inerte, il est interdit de lancer sa petite amie), un fil en acier et une poignée le plus loin possible. Pour corser les choses, ces trois objets doivent être solidarisés. Il ne s’agit pas de lancer le boulet à 16 heures, le fil en acier à 16h15 et la poignée à 17h. Ces lancers doivent être simultanés. C’est pour ça que les trois objets sont attachés entre eux. Le lanceur se trouve dans un cercle d’un diamètre de 2,135 mètres et doit lancer un marteau qui pèse 7,257 kilos. Si le marteau pèse 7,256 kilos, il est évident que le lanceur sera disqualifié. En effet, lancer un marteau de 7,256 kilos le plus loin possible alors qu’on se trouve soi-même dans un cercle de 2,135 mètres de diamètre serait vraiment con.

 

- Le relais 4 x 100 mètres : Il s’agit de courir 100 mètres le plus vite possible, en donnant un bout de bois au copain (ou à la copine) qui se trouve devant soi (sauf le dernier relayeur, qui doit juste franchir la ligne en souriant). Il s’agit donc aussi de recevoir le bout de bois (sauf le premier relayeur, qui l’a dès le départ). Bien sûr, il faut donner le bout de bois à l’intérieur d’une zone délimitée, sans quoi on est disqualifié. Il est également interdit de mettre son pied à l’extérieur des deux lignes blanches dans lesquelles on se trouve. Enfin, il est interdit de faire tomber le bout de bois par terre, ce qui exclu donc la possibilité de s’en servir comme projectile contre ses adversaires.

 

Quand on pense que c’est dans un cerveau humain que sont nées ces règles…

 

Matthieu
 

Publié dans critiquons

Commenter cet article

Garg 19/08/2005 20:41

J'ai toujours préféré les sports prétextes à détruire des mâchoires ou à rendre des oreilles séduisantes à n'importe quel végétarien, comme le hockey ou le rugby. Chacun voit le crampon dans l'oeil du voisin, mais pas le palet dans le sien.

Matthieu 19/08/2005 19:12

c'est vrai tempete ! c'est aussi con !

Tempete 19/08/2005 18:44

Quoi que, vu sous cet angle, 22 manchots qui courent derriere un ballon, c'est pas plus fute!

Matthieu 19/08/2005 17:33

Antenor > Comment je dois le prendre ? ;-)
Eric M > Oui, vive le sport à plusieurs !!!
Epictete > Je suis même pas jaloux (mais j'espère quand même que tu as attrapé un gros coup de soleil !) ;-)

Epictete 19/08/2005 17:06

Salut à Matthieu et à tout le monde évidemment.
Je rentre des Baléares et je suis tout bronzé.