Les diamants sont éternels

Publié le par Matthieu C.

En ce 31 décembre 2005, je voudrais que l'on n'oublie pas les personnes âgés, qui vont être seules ce soir. En particulier, un couple de petits vieux, qui seront peut-être avec leurs enfants ce soir, peut-être pas. Des gens qui ne se sont jamais séparés malgré les aléas de la vie, qu’on a toujours vu ensemble, et qui essaient, à leur faible mesure, d’œuvrer pour le bien des autres.
Madame est présidente d’une association qu’elle a fondée, Monsieur fait partie d’un cercle d’écrivains vieillissants, décatis et quasiment séniles.

 

Oui, aujourd’hui, ce soir, je vous demande d’avoir une pensée émue pour Valéry et Anne-Aymone Giscard d’Estaing.

 

Aujourd’hui, ça fait 30 ans qu’on a pu les voir présenter leurs vœux aux français, assis devant la cheminée de l’Elysée, raides comme la justice. Et c’est parce que c’est l’anniversaire de cette image terrible qu’il faut penser à eux. Eux qui ont voulu se faire peuples, surtout lui, qui allait manger chez les autres, et qui essaie désespérément de jouer un rôle politique depuis un soir de mai 1981. Et elle, vêtue d’un tailleur vert à carreaux, qui présente du bout des lèvres ces trois ou quatre phrases interminables et pleines de morgues, hautaines et méprisantes.

Il se raconte l’anecdote suivante : alors que les techniciens mettent tout en place en vue de la retransmission de cet évènement, Valéry se tourne vers Anne-Aymone et lui demande ce qu’elle a fait aujourd’hui. Elle a eu cette terrible réponse : « Rien ».

 

Parce que les gens hautains, c’est comme les femmes : il ne sert à rien de se venger d’eux, le temps s’en charge. Parce que ces deux petits vieux qui n’ont plus que l’illusion du pouvoir ne sont plus que deux petits vieux, parce que cette femme qui condescendait à présenter ses vœux aux français accepterait certainement une brutale saillie commise par un régiment de tirailleurs sénégalais pour pouvoir de nouveaux souhaiter une bonne année aux française et aux français, parce que en 30 ans les images ont fait comme le couple Giscard d’Estaing : elles ont terriblement mal vieilli, on peut souhaiter une bonne année à ces petits vieux.

 

30 ans… Il y a 30 ans, une minorité d’humains se préparait à fêter le passage dans une nouvelle année, des femmes se faisaient trousser (oui, c’est comme ça qu’on parlait à l’époque) en songeant aux joies nouvelles de l’IVG, des démocrates célébraient la mort de Franco intervenue quelques semaines plus tôt, des gens se retrouvaient au nouvel aéroport de Lyon Satolas inauguré l’année même, Valéry et Anne-Aymone Giscard d’Estaing présentaient leurs vœux à la télévision…

 

A l’année prochaine donc !

 

Matthieu

Publié dans la télé

Commenter cet article

Stefan 01/01/2006 22:18

En 1979, lorsqu'on lui avait mis le nez dedans (l'affaire des diamants offerts par l'auto-couronné empereur Bokassa Ier), Giscard avait alors déclaré, sans convaincre personne, évidemment : 'Ils étaient tout petits, petits... c'étaient... des échantillons !"
Il faut dire à sa défense qu'il fallait bien qu'il retire une compensation quelconque à sa familiarité affichée d'alors avec ce fou sanguinaire (Bokassa) qui, à l'époque, déclarait devant les caméras : "Giscard, c'est comme mon père." On imagine le sourire crispé d'Anne-Aymone à l'idée d'inclure Bokassa (et ses 59 enfants) au nombre de ses rejetons. En plus qu'il n'avait même pas un prénom de fleur...
... et que, en grand admirateur de Napoléon Bonaparte qu'il était, son palais, financé par le gouvernement français, était entièrement décoré dans un style Empire de bazar, avec force abeilles dorées et le même goût excellent qu'aurait mis à cette reconstitution historique un casino à Las Vegas. De la noblesse d'Empire, passe encore, mais de la noblesse d'Empire.. noire !
Au chapître de la peine de mort évoqué avec pertinence par l'un des lecteurs du blog, on pourrait signaler que Giscard n'avait alors pas non plus de scrupules à effectuer des voyages et séjours, officiels ou non, à Bangui en Centrafrique, état ou le moindre délit était alors puni de mort. Ainsi, pour le "crime d'homosexualité", le condamné se voyait publiquement empalé (non, pas en palais... empalé) ... par l'anus. Ca va en laisser rêveur plus d'un.
Au chapître de l'empalement évoqué avec non moins de pertinence par Matthieu lui-même, on souhaite au régiment de tireurs sénégalais un peu mieux à se mettre sous la ... dent, qu'Anne-Aymone.
Bon, c'est tout avec Giscard, parce qu'on ne va quand même pas y passer l'année.

stefan 01/01/2006 17:52

Au risque de passer pour un rabat-joie en ce jour où l'on flotte encore sur le nuage alcoolisé des "fêtes" (honte sur moi), il me faut ajouter un bémol à l'ironie déployée par Matthieu et quelques autres au sujet de Giscard.
Ce dernier, depuis le soir de mai 81 auquel Matthieu fait allusion, n'essaie pas "désespérement de jouer un rôle politique", loin s'en faut. Non seulement il ne s'est pas adonné aux joies de la pêche à la ligne, mais on pourrait même dire qu'il est passé à la vitesse supérieure en oeuvrant, comme chacun sait, dans les plus hautes sphères du Parlement Européen.
Nous lui devons, entre autres, le texte de la Constitution Européenne. Oui, celui-là même que les français, la majorité du moins, ont eu le bon sens de lui renvoyer dans la gueule en Mai dernier. Dans toutes les grandes démocraties, la constitution est un texte court d'une vingtaine d'articles, rédigés dans un language clair et compréhensible par tous. A l'inverse, la constitution concocté par Giscard est un monument de technocratie et d'hermétisme, avec pas moins de 458 articles et plus de 400 pages auxquelles s'ajoutent de nombreuses annexes. Et pour être certain qu'aucun  "français d'en bas", comme dirait Sarkozy, ne puisse comprendre le contrat qu'on lui demandait de signer, les articles de la constitution contenaient une multitude de renvois à d'autres articles et/ou à des traités européens précédents.
VGE, lors de la campagne incitant les français à faire adopter la constitution, avait même eu l'aplomb d'engager ceux-ci par voie de télévision, "à ne lire que les parties I et II de la Constitution, la partie III n'étant pas importante". Ben tiens...c'est celle qui contient toutes les lois liberticides, celle permettant à  l'Etat de démanteler les services publics, interdisant de fixer un salaire minimum (SMIC)... bref, livrant les citoyens européens au bon vouloir des entreprises et alignant l'Europe sur la politique des Etats-Unis.
"Notre" VGE... membre du Groupe de Bildeberg, le plus puissant des réseaux d'influence au monde où, loin des yeux du public, les vrais maîtres du monde, ceux qui manipulent les pantins texans et autres chefs d'état séniles et craintifs, décident d'une crise économique ici, d'un krach boursier là, d'une guerre pétrolière plus loin...
On est loin, comme on peut voir, du grand-père innofensif et gâteux, au coin de son feu. Et pour paraphraser Matthieu, on pourrait dire que... si les diamants sont éternels, la mauvaise herbe, elle, ne meurt jamais.
Mais VGE, aussi, dans les années 70 auxquelles Matthieu faisait allusion, ne trouvant rien de mieux à répondre, alors que le Canard Enchainé révèlait l'affaire des diamants offerts par Bokassa "Oui, c'est vrai, mais bon... ils étaient tout petits !"
Et VGE, arrêté au petit matin Place de la Concorde pour excès de vitesse... avec Nathalie Delon dans sa voiture ! Il est vrai que c'était lorsque les français se vantaient d'avoir "le plus jeune président de la République au monde"..Ah, les années 70... ! Dans l'un de ses post, Matthieu regrettait de ne pas les avoir connu : oui, c'est  vrai Matthieu, tu as manqué quelquechose !
Mais ceci est une autre histoire.
 

Matthieu C. 01/01/2006 18:42

Je ne connaissais pas l'existence du groupe de Bildeberg, je vais chercher tout de suite. Sinon, je ne connaissais pas l'anecdote sur la taille des diamants...Merci pour ce commentaire

Manou 31/12/2005 18:52

Matthieu, t'es quand même pas sympa avec VGE. C'est quand même un type qui, malgré son aversion pour la peine de mort, a réussi à ne pas en gracier un certain nombre....!Bonne année à toi et à Roger....: )

matthieu 31/12/2005 17:42

TANT BOURRIN > Ah oui, le monopole du coeur, je l'avais oublié celui là ! Bonne viande faisandée alors (et tous mes vieux pour cette nouvelle année)SALOME > Ben maintenant tu y a pensé !BEE HUMAN > Oui mais Giscard il est un peu mort quand même.MAT > Toi aussi ! Et t'aimes pas Vulcania ?

mat 31/12/2005 12:20

et une pensée pour son parc volcania qui est aussi ridicule, inutile et obsolète que lui..bonne année